Eczéma : anticiper les besoins des patients - 30/01/2023 - Actu - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
30/01/2023 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Eczéma : anticiper les besoins des patients

Ce jeudi 26 janvier, l’Association française de l’eczéma réunissait patients, professionnels de santé, laboratoires et autorités sanitaires pour les premières universités de l’eczéma. L’occasion d’échanger sur les besoins des patients et de réfléchir à l'amélioration de la prise en charge notamment en officine.
Getty Images/iStockphoto

« Il faut faire passer le message que la dermatite atopique est une vraie maladie » martèle le Pr Jean David Bouaziz, chef du service de dermatologie à l’hôpital Saint-Louis (Paris). En effet, les patients souffrant de cette dermatose inflammatoire manquent d’une reconnaissance sociale de leur état. Les prurits parfois insomniants, les douleurs cutanées, les atteintes des organes génitaux, les plaques visibles sur le visage peuvent avoir un impact important sur la vie personnelle et professionnelle qui n’est pas toujours perçu par l’entourage. « Les personnes atteintes ont besoin d’empathie. Le « arrête de te gratter» asséné par les proches peut parfois être très lourd à entendre », insiste le spécialiste.

Stéphanie Merhand, présidente de l’Association française de l’eczéma pointe également le manque d’informations sur la chronicité de la maladie qui peut nuire au bon suivi des traitements. S’y ajoute des informations parfois discordantes et erronées sur les thérapeutiques de la part des nombreux professionnels qui gravitent autour des malades. Et les équipes officinales ont leur part de responsabilité. Tous les intervenants ont signalé une corticophobie persistante dans le milieu de l’officine et des conseils pas toujours adaptés sur l’utilisation des traitements. Pour autant, les patients se réfèrent d’abord à l'officine pour être conseillés sur les produits de dermocosmétique. L’association a d’ailleurs interpellé les laboratoires fabricants pour développer plus de gammes adaptés aux peaux atopiques (shampooings, produits lavants, maquillage, produits solaires, etc.) qui allieraient confort et soin.

Le poids du reste à charge pour les patients des produits dermocosmétiques est en outre un élément non négligeable. Une enquête menée par l’Association française de l’eczéma estimait entre 360 € et 980 € le coût annuel à la charge des familles pour un enfant atteint de dermatite atopique. 

Florence Dijon-Leandro, pharmacienne et membre de l’association, a insisté sur la nécessité d'une meilleure formation des équipes officinales pour pouvoir anticiper les besoins des patients. « A la pharmacie, ils sont très attentifs à la qualité, l’efficacité et la sécurité des produits. Mais les étiquettes ne sont pas toujours trés explicites et la possibilité de tester les textures limitée. Les patients veulent surtout une écoute active, de l’empathie et de la bienveillance », a-t-elle conclu.



Alexandra Blanc

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Vous sentez-vous régulièrement en insécurité dans vos officines ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !