23/06/2022 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

François Pouzaud

Emmanuel Macron a confié une « mission flash » à l’urgentiste François Braune pour apporter, dès cet été, des solutions à la crise des services d’urgence à l’hôpital. Nombre de professionnels de santé y vont de leurs propositions, à l’image de l’intersyndicale de médecins qui, dans une lettre ouverte adressée aux Français le 14 juin dernier, appelle à des décisions urgentes.L’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO) porte six propositions visant à renforcer l’accès aux soins non programmés grâce aux officines. Elle souhaite en premier lieu que soient développés des protocoles de soins non programmés pour différentes pathologies (angine, douleurs dentaires, plaie bénigne, entorse de cheville…) ...



Cette page est réservée aux membres du site Le Moniteur des pharmacies.fr

Vous avez un compte ?



Mot de passe oublié ?

Vous n'avez pas de compte ?
Inscrivez-vous, c’est gratuit !


Se créer un compte

Les dernières réactions

  • 24/06/2022 à 10:50
    Jeum37
    alerter
    Non merci ! Être dérangé toute la nuit pour un comprimé d’alprazolam, de tramadol ou de zopiclone: très peu pour moi !
    Les gardes sont une corvée ! On n’a pas de repos de récupération, la rémunération est ridiculement faible (essayez de faire bosser quelqu’un à ce tarif et vous verrez si vous trouvez un candidat volontaire) et on ne traite que des cas bénins (qui pourraient donc soit attendre le lendemain que les pharmacies ouvrent, soit bénéficier d’une prise unique de médicament à l’hôpital en fin de consultation et permettre d’attendre l’ouverture des pharmacies au matin) !
    Bref: une corvée très peu utile ! Mais si on veut nous transformer en plateforme d’orientation en réalisant le premier accueil des patients afin d’évaluer si on peut quelque chose ou s’il faut orienter vers un médecin, alors je passe mon tour ! Je préfère dormir et être suffisamment reposé le lendemain pour travailler correctement. Ou alors, il faut nous donner la rémunération des services de médecine de nuit. Mais obtenir une rémunération supplémentaire, je doute que nos syndicats sachent faire…
  • 24/06/2022 à 16:37
    aelia86
    alerter
    Tout à fait d accord jeum37 . Désormais on nous dérange pour colludol. Ou Doliprane: 1 comprimé de suite….
  • 24/06/2022 à 18:19
    Pyramide
    alerter
    l'indemnité par ordonnance est ridicule. Le médecin qui fait 20h-minuit aura environ 16 patients x 57€= 912€ + 50€ cpam soit 962€ brut dans un local municipale (maison de garde) avec une secrétaire à l'accueil. Le pharmacien qui assure la délivrance derrière: 16 x 8€ = 128€ + 190€ cpam pour la nuit complète soit 318€ brut (sortie des urgences possible à tout moment dans la nuit) avec charges supp d' électricité/ chauffage/encre etc de la Pharmacie. Il est souvent impossible de déléguer cette tache, tous les titulaires de mon secteur effectuent eux-même les garde de nuit, parfois sans possibilité de repos le lendemain.
  • 24/06/2022 à 20:47
    PIPO74
    alerter
    Les responsables de la santé devraient déjà exiger que les médecins participent déjà réellement à la permanence des soins.

    Car comme dit mon petit-fils "papy je fais faire médecine car sur le parking du golf il n'y a en semaine que des voitures avec des caducées de médecin".
  • 24/06/2022 à 23:59
    erwann
    alerter
    je rejoins jeum37. Cette nuit 1ère ordo: doliprane + hexaspray a 10h40, 2ème ordo à minuit pour une attelle de poignet qui ne sera pas portée la nuit. Du grand n'importe quoi...
  • 25/06/2022 à 08:20
    PIPO74
    alerter
    La faute en ce qui concerne le services de garde et d'urgence est entièrement du côté des syndicats et de l'ordre qui n'ont jamais voulu discuter avec les pouvoirs publics de la notion d'urgence et laissent le pharmacien se débrouiller avec sa responsabilité tout en disant et même en écrivant que nous devons répondre à toutes les demandes sous peine d'être poursuivi sans être défendu par eux !!!

    Cette nuit une piqure de tiques avec une ordonnance vieille de quinze jours et je ne parle même pas des pilules du lendemain ou des laits pour bébé oubliés.
  • 26/06/2022 à 22:42
    BREZHONEG
    alerter
    Et comme on ne peut pas savoir avant de les rencontrer pourquoi ils sonnent, nous sommes bien obligés de nous reveiller et d'aller leur ouvrir.(pour des epingles de nourrice en vue de "remedier" à un ourlet en detresse en sortant du casino....).

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Envisagez-vous de mettre en place un dispositif de téléconsultation dans votre officine ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !