Collyres mydriatiques : attention chez le très jeune enfant - 05/04/2023 - Actu - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
05/04/2023 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Collyres mydriatiques : attention chez le très jeune enfant

L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) fait état de signalements d’effets indésirables graves dus à une mauvaise utilisation des collyres mydriatiques chez l’enfant. Elle émet des recommandations pour les parents et pour les professionnels de santé.
Getty Images/iStockphoto

Les collyres mydriatiques sont utilisés pour dilater la pupille avant de faire un fond d’œil, ou pour mettre au repos l’accommodation de l’œil en vue d’une mesure de la réfraction oculaire. L’atropine, le cyclopentolate (Skiacol) et le tropicamide (Mydriaticum) sont anticholinergiques et antimuscariniques, tandis que la phényléphrine (Néosynéphrine) est un alpha-mimétique de type 1.

En cas de mauvaise administration, ces collyres peuvent passer dans le sang et provoquer, 20 à 30 minutes après l’instillation, des effets indésirables digestifs (gonflement abdominal, occlusion intestinale…), cardiovasculaires (augmentation du rythme cardiaque ou de la pression artérielle) ou neurologiques (fièvre brutale et élevée, agitation, confusion, maux de tête, vertiges…). Ces effets parfois graves surviennent le plus souvent en cas d’administration successive de plusieurs collyres mydriatiques, et imposent une consultation médicale rapide.

L’ANSM rappelle que Néosynéphrine 5 % et 10 % et l’atropine à 1 % sont contre-indiquées avant l’âge de 12 ans. L’utilisation de Néosynéphrine 2,5 % avant 1 an doit être exceptionnelle et nécessite alors une surveillance de la tension et du rythme cardiorespiratoire pendant les 30 minutes qui suivent son administration. Chez le nouveau-né ou le prématuré, la dilatation de l’œil se fera de préférence avec le tropicamide.

Les équipes officinales doivent s’assurer que le parent a bien compris les précautions à prendre avec ces collyres : respect scrupuleux de la posologie et des intervalles de temps entre chaque collyre, compression de l’angle interne de l’œil pendant 1 à 2 minutes après l’instillation pour éviter le passage dans le sang, surveillance attentive de l’enfant pendant la demi-heure qui suit l’administration. Si l’enfant présente des signes de surdosage comme un rythme cardiaque rapide, des épisodes de spasmes ou convulsions, des signes de dépression respiratoire ou une perte de coordination, rincer immédiatement les yeux à l’eau tiède et appeler le médecin, le pharmacien ou un centre antipoison.  



Yolande Gauthier

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Prévoyez-vous de fermer votre officine le 30 mai prochain en signe de protestation ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !