Biosimilaires : on sait pourquoi le pharmacien ne substitue pas les hormones de croissance - 12/05/2022 - Actu - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
12/05/2022 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Biosimilaires : on sait pourquoi le pharmacien ne substitue pas les hormones de croissance

Alors qu’elle devait être l’un des deux premiers médicaments biosimilaires substituables par le pharmacien d'officine, la somatropine a été évincée des textes règlementaires. A la surprise générale. L’explication vient de tomber.
Getty Images/iStockphoto

La substitution biosimilaire à l’officine, relancée par la loi de financement de la sécurité sociale (LFSS) pour 2022, devait initialement concerner deux molécules : pegfilgrastim (Neulasta) et somatropine (Genotonorm). Surprise, le 14 avril, un arrêté publié au Journal officiel ne mentionne pas l’hormone de croissance, mais ajoute le filgrastim (Neupogen).

La raison de la mise au banc de la somatropine ? « La consultation des parties prenantes a soulevé de nombreuses interrogations et difficultés relatives aux modalités nécessaires permettant d’assurer les conditions de sécurité adéquates pour la substitution des spécialités envisagées », explique Christelle Ratignier-Carbonneil, directrice générale de l’Agence nationale de sécurité des médicaments (ANSM), dans une note à la Direction générale de la santé (DGS) datée du 15 mars et publiée le 11 mai. L’ANSM juge « nécessaire de poursuivre les réflexions et échanges avec l’ensemble des parties prenantes consultées ». Les parties prenantes étaient constituées d’associations de patients, de l’Ordre des pharmaciens et de celui des médecins, des syndicats de pharmaciens titulaires, des syndicats de pharmaciens hospitaliers, des sociétés savantes.

Par ailleurs, dans un rapport faisant un état des lieux des médicaments biosimilaires également publié le 11 mai, l’ANSM propose que leur substitution « soit mise en place de manière progressive, d’abord sur un nombre limité de médicaments. Cela permettra aux professionnels de santé de se familiariser avec les conditions de la substitution et de renforcer leurs connaissances des médicaments biologiques, l’objectif final étant d’assurer l’accompagnement des patients. »



Anne-Hélène Collin

Les dernières réactions

  • 15/05/2022 à 22:04
    cabernet
    alerter
    N'y aurait t'il pas un conflit d’intérêt dans cette administration ?

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Pourrez-vous respecter la minute de silence en mémoire de votre consœur de Guyane le samedi 20 avril ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !