Balance ton gaspi : l’opération choc des infirmières libérales - 03/04/2024 - Actu - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
03/04/2024 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Balance ton gaspi : l’opération choc des infirmières libérales

Le mardi 2 avril 2024, deux organisations – Convergence infirmière et le C2DS – se sont retrouvées sur les grandes places de neuf villes françaises pour déverser les médicaments et dispositifs médicaux récoltés pendant un mois.
Getty Images

Ce mardi 2 avril 2024, les infirmiers et infirmières libéraux se sont retrouvés sur les grandes places de 9 grandes villes de France pour dénoncer le gaspillage de médicaments. 12 cabinets infirmiers ont, en effet, récolté pendant un mois, les médicaments non utilisés chez leurs patients. Bilan de l’opération 560 boîtes ou dispositifs médicaux recueillis, ce qui représente la somme de 42 140 euros. « Le problème est multifactoriel, il tient à de la surprescription, à de la prescription inadaptée ou à des patients non observants », explique Ghislaine Sicre, présidente de Convergence Infirmière.

Un gaspillage de 123 millions d’euros

Selon les calculs des deux organisations à l’origine de cette opération, Convergence infirmière et le C2DS, le montant du gaspillage s’élèverait à 123 millions d’euros pour l’ensemble du territoire français. L’empreinte carbone évaluée par l’association Primum non nocere s’établirait à 655 000 tonnes équivalentes CO2 par mois, soit environ 400 000 allers-retours Paris-New-York. Les médicaments récoltés ont été remis à Cyclamed.

Changer les pratiques

Les deux organisations lancent un processus collaboratif avec les parties prenantes pour trouver les solutions d’un changement de pratiques afin de supprimer ce gaspillage. Elles proposent de conserver le 2 avril comme la date d’une journée annuelle de lutte contre le gaspillage de médicaments et dispositifs médicaux.



Christelle Pangrazzi

Les dernières réactions

  • 03/04/2024 à 11:59
    Dante
    alerter
    Peut être supprimer les prestataires qui envoie envoie et envoie encore de la gamme blanche à gogo...pour des patients qui n'en veulent plus et pour qui on répond "on vous les envoie comme c'est déjà facturés". Et après les patients nous les ramène à cyclamed en carton non ouvert
  • 03/04/2024 à 17:21
    BREZHONEG
    alerter
    La grande majorité des medicaments qui " restent", c'est parce que le malade a cessé de suivre l'ordonnance "parce que ça allait mieux". et puis "moi,chuis contre les medicaments".
  • 03/04/2024 à 22:52
    Potard
    alerter
    Arretons de delivrer les médicaments 1 mois avant le décès de nos patients ALD ...on fera comme ça des économies et de la chasse au gaspillage.....(blague d"'énarque...je précise).

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Pourrez-vous respecter la minute de silence en mémoire de votre consœur de Guyane le samedi 20 avril ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !