Augmentation de salaires : c'est le statu quo ! - 15/02/2022 - Actu - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
15/02/2022 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Augmentation de salaires : c'est le statu quo !

Getty Images/iStockphoto

En novembre 2021, les partenaires sociaux se sont accordés sur une revalorisation de 3 % de la valeur du point, passant ainsi de 4,637 à 4,7761. Mais, au 15 février 2022, après un pic d'activité plus que soutenu en décembre et janvier pour contenir la vague Omicron, ni les préparateurs, ni les adjoints n'ont pour l'heure observé de changements sur leur bulletin de paie. Une certaine impatience grandit au sein des équipes officinales...

Pour l’instant, « une procédure d’extension est lancée tant sur l’accord salaire que sur l’accord prime d’équipement », annonce le ministère du Travail en charge de ces formalités.« Si tout va bien cette procédure peut prendre 4 à 6 mois », renchérit Daniel Burlet, représentant de l’union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO). « L’accord 2021, signé au mois de janvier, n’a été appliqué que sur la fiche de paie de juillet, cela donne une idée du calendrier », précise le syndicaliste. Selon ses estimations, l'augmentation de salaires 2022 devrait donc s'appliquer entre avril et juin 2022. Une fois son entrée en vigueur, les partenaires sociaux rediscuteront d’une possible augmentation du point pour le début de l'année 2023 (signature de l'accord prévu en 2022). « Nous souhaitons voir comment l’inflation se comporte », détaille Olivier Clarhaut, secrétaire fédéral de Force ouvrière (FO). L’USPO partage cet avis, mais pour d’autres raisons : « L’accord signé en novembre 2021 permet une augmentation plutôt généreuse. Nous ne voulons pas créer un mille feuilles d’augmentation. Attendons l’extension du premier accord, nous verrons ensuite », ajoute Daniel Burlet. Ajoutons que l’extension d’un accord est impérative pour rendre le texte négocié par les syndicats représentatifs applicable à l’ensemble des officines syndiquées ou non. Cependant, chaque employeur peut décider d’appliquer cette augmentation avant la date d’extension.



Anne-Charlotte Navarro

Les dernières réactions

  • 15/02/2022 à 13:57
    cpvxo
    alerter
    On défait bien avoir encore et encore!!!
  • 15/02/2022 à 16:58
    smartiz19
    alerter
    Je suis pharmacien dans une petite officine de bourg avec 3000 âmes seulement. Seule officine.
    Malgré mon CA, je pense que pour attirer un jour une préparatrice, il me faudra prendre une apprentie pour commencer.
    Ensuite, je réfléchis à augmenter non pas avec une prime (déjà 1700 euros par an, nets, par employée au nombre de 2) mais en revalorisant à la place leur salaire. C'est que ça compte, tout de même, pour leur retraite.
    C'est ça qu'elles ne savent pas encore, mais qu'elles veulent.
    Ce que les gens souhaitent
  • 15/02/2022 à 20:53
    Farmassien63
    alerter
    Franchement,si pas d'augmentation de salaire...les titulaires ne pourront plus se regarder dans la glace.....
    Ou bien .... galère pour recruterl !!!!
  • 15/02/2022 à 20:58
    cpvxo
    alerter
    Ils font tous pour retarder les choses !!! Désolant et radins
  • 16/02/2022 à 05:40
    smartiz19
    alerter
    Entièrement d'accord en tant que titulaire.

    En 30 mois d'exercice, je n'ai pas vu l'ombre d'une candidature d'un diplôme de pharmacien adjoint.
    Ce sera à l'avenir le + recherché pourtant.
    Donc les moins à négliger.
    (j'ai heureusement mis la précédente gérante à la retraite plus tôt que l'âge requis et elle m'effectue mes remplacements et mes vacances, ouf ! )

    L'avenir des préparatrices et rares préparateurs est radieux, ne vous insurgez pas, au contraire, car en position de force (un peu moins que les adjoints) pour négocier un bon salaire à l'entrée dans l'entreprise !
    Je le dis, donc je suis honnête.

    Allez, un peu de pub pour moi, je suis dans le SUD, le Gard, non loin d'Alès, histoire de ... mais je n'ai aucun besoin, pour le moment et dois rembourser encore 10 ans mon emprunt.
  • 16/02/2022 à 05:53
    Sidonie
    alerter
    Sans connaître le coup de bambou post COVID qui va s'abattre sur la pharmacie, il est difficile d'estimer l'augmentation de salaire possible.
    La pharmacie et la santé en général, connait depuis trop longtemps l' asservissement malveillant de la CPAM .
    La gestion comptable de la société, est la principale cause du désastre français.
  • 16/02/2022 à 15:43
    cpvxo
    alerter
    @sidonie arrete de pleurnicher.tu t'es fait des c.... en or avec les tag
  • 16/02/2022 à 18:24
    coco
    alerter
    Et oui les salaires sont bloqués et toujours difficile de demander de l'augmentation.Soit le comptable ne veut pas ou pas le moment ou on va réfléchir ...Une prime, sympa, mais ne compte pas pour la retraite, le mieux une augmentation sur la base brut qui sera intéressante ensuite sur notre retraite.
    Un peu d'effort, les salariés seront satisfaits.

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Vous sentez-vous régulièrement en insécurité dans vos officines ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !