Annonces gouvernementales contre les pénuries de médicaments : les pharmaciens au front ! - 22/02/2024 - Actu - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
22/02/2024 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Annonces gouvernementales contre les pénuries de médicaments : les pharmaciens au front !

Le 21 février 2024, le gouvernement a présenté sa feuille de route pour remédier au problème des pénuries de médicaments. Nous avons décidé de vous présenter l’ensemble des annonces sous forme d’épisodes. Episode 1 : les mesures concernant directement les pharmaciens.
Getty Images/iStockphoto

Hier soir, le ministère de la Santé a présenté sa feuille de route 2024-2027 pour lutter contre les pénuries de médicaments. Un problème dont l'enlisement ne cesse de s'aggraver depuis 4 ans, avec des conséquences majeures sur la santé des patients (perte de chance, risque d'antibiorésistance à cause d'antibiotiques de première ligne manquants, effets secondaires majorés avec des traitements moins adaptés...). Sollicité à maintes reprises par les acteurs du système de santé, le gouvernement a retardé à plusieurs reprises la présentation des solutions, notamment à cause d'une valse des ministres de la Santé.  « Une première proposition aurait dû avoir lieu en juillet mais François Braun est parti, puis ce fut au tour d’Aurélien Rousseau en décembre, d'Agnès Firmin Le Bodo… Résultat : plus de 6 mois de retard ! », notent en cœur Philippe Besset, président de la FSPF et Pierre-Olivier Varriot, président de l’USPO, les deux syndicats majoritaires des pharmaciens. Néanmoins, aujourd'hui, un arsenal de mesures renforcent désormais le rôle du pharmacien dont trois particulièrement attendues. Et un, beaucoup moins...

Les pharmaciens en première ligne

1- Les Trod-CRP doivent se déployer. Ces tests d’orientation diagnostique visant à vérifier si l’infection est d’origine bactérienne ou virale doivent se généraliser permettant ainsi au pharmacien d'être décisionnaire quant à la délivrance ou non d’un antibiotique. « Nous sommes en discussion pour une valorisation du montant de la dispensation. Nous espérons que ces négociations aboutissent dans le cadre des négociations conventionnelles », souligne Pierre-Olive Varriot.

2- Confier au pharmacien la substitution d’un médicament en rupture contre un autre, équivalent en termes de bénéfices-risques. La Haute Autorité de Santé (HAS) et l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) seront chargées dans les semaines à venir d’établir une liste des équivalences. « L’idée est extrêmement vertueuse, sous réserve, que l’établissement de cette liste intervienne dans un délai raisonnable, soit moins de quelques mois. Les pharmaciens savent se montrer réactifs, aux institutions de prouver leur capacité à l’être également !», pointe Philippe Besset

3-Le déploiement du DP-Ruptures. Cet outil développé par l’Ordre des pharmaciens est amené à se généraliser à tous les acteurs de la chaîne du médicament : grossistes-répartiteurs mais aussi industriels.

La DAU : attention, sujet sensible !

Un sujet a néanmoins crispé les représentants syndicaux, celui de la dispensation à l’unité : la DAU. Dans le cadre d’un Plan Blanc, elle pourra devenir obligatoire. « Contrairement au discours trop entendu, cette mesure nécessitant de multiples conditionnements est à la fois antiécologique et chronophage. De longue date, nous préconisons une réflexion avec les industriels sur des conditionnements plus adaptés à la réalité des besoins et des prescriptions. », conclut Pierre-Olivier Variot

A venir : Episode 2 : Des relocalisations nécessaires



Christelle Pangrazzi

Les dernières réactions

  • 22/02/2024 à 19:16
    smartiz19
    alerter
    Toujours au Front, le front en sueur.
    Dans l'attente d'une prise en considération financière car nous y passons beaucoup trop de temps ! Merci de ne pas en rajouter avec votre délivrance extrémiste à l'unité !
    Hâte de voir la fameuse liste des équivalences pour ne pas avoir à courir après les médecins, jamais au courant des ruptures au début, et maintenant toujours en retard sur lesdites ruptures.
  • 23/02/2024 à 15:15
    Cari
    alerter
    C’est kafkaïen
  • 23/02/2024 à 18:14
    BREZHONEG
    alerter
    Et à France iNTER, une femme expliquait que nous devions etre fiers de notre modele social,car nous avons les medicaments nettement les moins chers d'europe !!! (Sauf que c'est pour ça qu'il n'y en a plus! ).
  • 24/02/2024 à 23:01
    habilis
    alerter
    NON à la dispensation à l'unité !!
  • 26/02/2024 à 07:37
    Cari
    alerter
    Nous sommes dans un métier où il faut éviter les erreurs au maximum
    Rien n’est mis au point pour délivrer correctement
    Les comprimés à l’unité ,dans l absolu se serait
    Idéal mais trop complexe a mettre en place
    Contrôle systématique des pharmaciens lors de la délivrance ,sécurité du médicament ,traçabilité
    … et à quel prix ?
    Pour rebondir sur la personne interwieve sur France Inter je ne l’ai pas entendu mais à l’heure actuelle ne pas savoir que notre système de santé part en sucette et que nous sommes trop peu cher pour les laboratoires c’est ne pas être au fait de l’actualité…
  • 26/02/2024 à 12:59
    Industrie
    alerter
    La distribution du médicament coûte trop cher en France.
    Divisée , nonchalante , la profession va être une parfaite variable d'ajustement
  • 26/02/2024 à 15:45
    BREZHONEG
    alerter
    La distribution du Med. ne coute pas cher en France : Chiffre d'affaires pris en charge par secu (source leem) 23 milliards.Total budget assu.maladie:: :ONDAM fixé à 245 milliards. CA FAIT 9 %..Et pour les medicaments chers,on n'a droit qu'a 2% de marge brute.Ils seront de plus en plus un composant du C.A.Pour memoire ,les grandes surfaces se prennent 31% de marge brute, en en depensant 30 pour rabacher tout le temps et partout qu'ils sont les moins chers.Ce qui leur permet de dire qu'ils n'ont que 1% de marge sur leur C.A. Mais un hyper qui fait 1 milliard de C.A,,à 1% de benef, ,ça laisse 10 millions par an dans la poche.
  • 26/02/2024 à 15:50
    BREZHONEG
    alerter
    PS : mais il est exact que nous sommes la variable d'ajustement.A chaque retour de vacances (septembre), on entend qu'il va falloir ""faire des Zéconomies,essentiellement sur le medicament"",en octobre (presentation du budget secu à l'Assemblée)
  • 26/02/2024 à 18:20
    smartiz19
    alerter
    Au moins, les politiques sont clairs, regroupement des pharmacies enclenché, pour "centraliser" la demande, et poursuivre les suppressions et disparitions des petites pharmacies.

    Mensonges quand j'entends des idées de plans de sauvegarde de pharmacies de campagne sans aucun médecin aux alentours.

    Et ainsi diminuer les échanges de la sécu ! (moins il y a de pharmacies, + on peut supprimer des fonctionnaires qui échangent avec lesdites pharmacies)

    Et par ailleurs, diminuer les accès aux soins, car la santé coûte trop cher désormais, il faut laisser crever les Français qui n'auront pas eu de chance, faute d'accès rapide aux soins, et habitant trop loin du premier hôpital ou première clinique...

    Diviser les campagnes, par rapport aux villes ! Macron et Attal n'ont plus peur de rien. Il faut, selon eux, optimiser encore et toujours les coûts ! Peu importe l' Humain.

    Les médecins peuvent toujours s'installer où ils le souhaitent, pas nous, ce qui leur confère encore le privilège de l'organisation et participation au délaissement de la France profonde.

    Honte à tout ce beau monde !

    Sans un recadrage des médecins, des spécialistes notamment qui pourraient dépanner leurs confrères généralistes, sans une revalorisation du métier de médecin généraliste et une dévalorisation des planqués que sont souvent certains spécialistes, et leur dévaluation, j'accuse un tel système, de faire du pharmacien un pigeon, un bouc-émissaire, un soin palliatif pour combler les manquements et défauts de tout un Ordre, celui des Médecins, trop intéressé par ses propres intérêts financiers et son conservatisme rétrograde.

    Je plains tous les Français
  • 27/02/2024 à 09:36
    tnttnt
    alerter
    Ce n'est pas un privilège des médecins, c'est quelque chose qu'ils ont gagné en faisant la grève, plus précisément les internes dans les hôpitaux.
    Donc à un moment, si on veut se défendre il faudra des actions fortes.
  • 27/02/2024 à 13:24
    BREZHONEG
    alerter
    Oui,une action forte,mais entre la Greve et son chiffre d'affaires à zero des phies, il y a une incompatibilité dans la formule de la prep' proposée pour guerir les malades.
  • 27/02/2024 à 14:21
    Cari
    alerter
    Il faut accepter de perdre une journée de chiffres pour faire une action forte ,il faut savoir ce que vous voulez à la fin
    C’est comme les produits de contraste les grossistes ne reprennent rien alors quil est question que les labos rachètent leur stock …??
  • 27/02/2024 à 18:59
    BREZHONEG
    alerter
    Je propose que ceux qui veulent ou peuvent faire la gréve la fassent
    Et en meme temps, on fait tous remarquer que l'heure est venue de regrouper les 2 assurances maladies généralisées. Toute la France est pour la Simplification en ce moment!!!. Et ça,,ça touche pas les flux financiers de nos entreprises. l ,

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Vous sentez-vous régulièrement en insécurité dans vos officines ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !