Aide à mourir : des précisions sur le lieu de dispensation du produit létal - 12/03/2024 - Actu - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
12/03/2024 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Aide à mourir : des précisions sur le lieu de dispensation du produit létal

Interrogée ce mardi 12 mars dans la matinale de France Inter, la ministre du travail, de la Santé et des solidarités, Catherine Vautrin, qui porte le projet de loi sur « l’aide à mourir » présenté par Emmanuel Macron, a donné quelques éléments sur le circuit de distribution du produit létal aux patients.
Getty Images

La ministre a ainsi rappelé que la prescription d’un produit létal n’interviendra qu’après une concertation pluridisciplinaire et un temps de réflexion. Contrairement à certaines pratiques existantes notamment en Oregon (Etats-Unis) citées par la journaliste de France Inter, « le patient n’ira pas acheter [le produit prescrit pour l’aide à mourir] en pharmacie », précise la ministre, « Il viendra de la pharmacie des hôpitaux. Si la personne n’est pas dans une ville où il y a un hôpital, il peut être apporté à la pharmacie pour le donner au patient mais on ne va pas l’acheter. Il y a, à la fin de projet de texte de loi, tout un procédé écrit sur ce que l’on fait du produit si tout n’a pas été utilisé. »

Le texte doit faire l’objet aujourd’hui d’une réunion interministérielle avant d’être soumis au conseil d’Etat puis de passer en discussion devant l’Assemblée nationale.



Alexandra Blanc

Les dernières réactions

  • 12/03/2024 à 13:37
    FX
    alerter
    Nos sociétés évoluent, la libre pensée est de moins en moins sous la tutelle des religions. A l'heure où le droit à l'interruption volontaire de grossesse (IVG) vient d'être sanctuariser dans la constitution de notre pays, la question que je me pose : « Les forces qui s’opposent au droit à une aide médicale à mourir rappelleraient elles, celles qui, il y a cinquante ans, s’opposaient à l’IVG ». Bien au-delà de la liberté de conscience des soignants, demander à mourir dans la dignité, est-ce si inhumain et irrecevable que cela ?
    CQFD
  • 12/03/2024 à 16:43
    BREZHONEG
    alerter
    Et le droit à faire mourir dans la dignité pourrait ensuite étre utilisé pour rétablir la peine de mort,que le Peuple Francais continue à reclamer à plus de 50%.On se rappelle certains arguments grands guillolesques,à propos d'homme coupé en 2 etc..et aussi ,de pedophile qui a sauvé sa tete de justesse en disant "vous n'aurez pas à le regretter"...mais ce qu'on a vu ensuite etait catastrophique .,La Suisse et les Pays Bas ont laissé derriere eux depuis longtemps les techniques du passé..
  • 12/03/2024 à 19:21
    Mouton noir
    alerter
    Pour notre confrère BREZHONEG

    Vive le complotisme de Droite !!!!!

    Aller un petit Lexomil et au DODO !

    Et moi qui pensé que les Bretons étaient des personnes cultivés et ouverts d'esprit !!!

    Les Français sont Gaullistes avec De Gaulle, Mitterandistes avec Mitterrand, et Pétinistes avec Pétain !

    Des humoristes disaient avec justesse:

    "Chaque année il y a de plus en plus de cons, mais cette année j'ai l'impression que les cons de l'année prochaine sont déjà là."

    Je pense que désormais on a 10 ans d'avance !!

    CQFD
  • 12/03/2024 à 20:13
    Rixtou
    alerter
    Coute moins d’aider à mourir que d’aider à vivre. Aucune confiance dans les personnes qui dirigent actuellement le pays. Aucun projets de société auquel adhérer.
  • 12/03/2024 à 22:42
    AmelieB26
    alerter
    Il y aura un enjeu grâce à cette aide à mourir, les personnes souffrants terriblement comme nous pouvons les voir en service, ne souffriront plus inutilement et auront le libre choix de partir en l'ayant choisi et surtout de partir dignement.

    C'est quelque chose que je ne pense pas inhumain, qui est travaillé et qui je pense sera suffisamment cadré pour être délivré uniquement en dernier recours.
    Ce ne sera sûrement pas le même fonctionnement que dans d'autres pays qui pour moi en ont une pratique abusive et dans des cas qui ne nécessitent pas cette aide à mourir.
  • 13/03/2024 à 11:17
    BREZHONEG
    alerter
    Ouh là, déstabilisé, le Melanchonoir ! Faut pas oublier de prendre son Lexo, au coucher ,puis un autre au reveil, comme "la Republique c'est moi " l'avait helas fait,devant les cameras rigolardes !
  • 13/03/2024 à 13:29
    Mouton Noir
    alerter
    De même que le droits à l'IVG, n'est pas une obligation à l'IVG, il ne faut pas confondre la demande aux Droits à Mourir dans la Dignité, (DMD), n'est pas la même chose que l'obligation à mourir !
    A priori notre confrère BREZHONEG n'a pas compris ?
    Et moi qui pensais que la République aller jusqu'à Ouessant et Sein !
    Tant pis.(...)
    CQFD

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Prévoyez-vous de fermer votre officine le 30 mai prochain en signe de protestation ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !