07/06/2019 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
Ophtalmologistes, ophtalmo, délai d’attente, SNOF, yeux, opticien, optique, travail aidé, délégation de tâches, assistants médicaux master1305

Les délais d’attente en ophtalmologie se sont réduits. C’est ce qui ressort d’une enquête menée par l’Institut de sondage CSA pour le SNOF (Syndicat national des ophtalmologistes de France) auprès de 2 000 cabinets (soit la moitié des effectifs en métropole) du 23 avril au 13 mai 2019. Le délai médian d’obtention d’un rendez-vous pour un contrôle périodique est de 43 jours, contre 66 jours selon l’étude de la DREES publiée en octobre 2018 mais portant sur 2016-2017. Ce qui représente une baisse de 35 %.

Pour le SNOF, cette réduction du temps d’attente pour une consultation est notamment due au travail aidé qui s’est fortement développé en quatre ans. En 2015, 30 % des ophtalmologistes travaillaient en équipe. En 2018, ils étaient 60 %. Ce travail aidé concerne notamment la délégation de tâches aux orthoptistes qu’ils soient salariés (35 %) ou libéraux (17 %) grâce aux protocoles organisationnels et à des mesures de nomenclature. Ainsi, les orthoptistes peuvent réaliser un bilan visuel en l’absence de l’ophtalmologiste, dans le cadre du renouvellement ou de l’adaptation des corrections optiques, sous certaines conditions (par exemple, les patients ne doivent pas avoir une affection aiguë de l’œil ou souffrir d’une pathologie chronique). Dans le cadre du travail aidé, des infirmières (12 %) et des assistants médicaux (5 à 6 %) peuvent aussi intervenir. Selon le SNOF, ce travail aidé permet de mieux répondre à l’augmentation du nombre de patients alors que la démographie des ophtalmologistes est stable. En effet, depuis 2014, les cabinets reçoivent 500 000 patients supplémentaires. En 2017, ce nombre s’est élevé à 1,3 million de patients. De fait, le SNOF a pour objectif 80 % de travail aidé en 2022.

Une autre piste pour réduire les délais d’attente consiste à l’ouverture de cabinets secondaires en y associant la télémédecine et les orthoptistes. Ce qui devrait être facilité puisqu’un décret en date du 23 mai 2019 a modifié le code de déontologie des médecins. Désormais, l’ouverture d’un site secondaire n’est plus soumise à autorisation mais doit seulement être déclarée à l’Ordre des médecins. Enfin, le SNOF est favorable à une montée en charge du renouvellement des équipements optiques chez l’opticien, à condition qu’il y ait un vrai échange entre celui-ci et l’opthalmologiste, ainsi qu’un respect du cadre de la délégation. En clair, la délégation de tâches et les protocoles fonctionnent si chacun suit les règles du jeu.






Magali Clausener

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Etes-vous favorable au mouvement de grève aux urgences qui sévit actuellement ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK