15/05/2019 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
Antiépileptiques, grossesse, réduction des risques, valproate, CSST, ANSM, Ordre des pharmaciens markos86/iStock

Réduire les risques des antiépileptiques pendant la grossesse (malformations, troubles neuro-développementaux) est une priorité de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) depuis la publication de son rapport. Parmi les pistes explorées : un renforcement des règles de prescription et de délivrance des antiépileptiques.

Interrogé mardi 14 mai par un groupe d’experts de l’ANSM sur ce sujet, l’Ordre des pharmaciens recommande avant tout une harmonisation de la réglementation, les règles étant déjà suffisamment nombreuses et différentes pour les médicaments sous programme de prévention de la grossesses, quelle que soit leur classe thérapeutique (isotrétinoïne, mycophénolate, valproate…), « ce qui peut entrainer une confusion chez les prescripteurs, les pharmaciens et les patients », indique Eric Housieaux du Conseil national de l’ordre des pharmaciens.

« Les actions vont aller de pair avec l’importance du risque », précise-t-il ensuite. Si les mesures proposées pour la délivrance des antiépileptiques à risque potentiel ou à risque non avéré semblent simples (carte patiente, brochure d’information remise par le médecin ou le pharmacien et restriction de la prescription initiale à certains spécialistes dans le premier cas ; règles de délivrance des substances vénéneuses des listes I et II dans le second), c'est une autre paire de manches pour les antiépileptiques à risque avéré. Il faut choisir, dit l’Ordre, entre les règles des rétinoïdes oraux (avec le carnet patiente qui a l’avantage de centraliser et de tracer toutes les informations nécessaires à la délivrance) et les règles édictées pour le valproate, avec accord de soin. Tout en tenant compte des difficultés rencontrées actuellement sur le terrain avec la dispensation du valproate : absence de prescription initiale par un spécialiste (jamais réalisée, faite la première année uniquement, oubliée), absence d’accord de soin (non signé par le prescripteur, non signé par la patiente, non présenté à la pharmacie), prescripteur injoignable, difficulté de savoir si la femme est susceptible d’être enceinte au moment de la pré-ménopause.

Pour éviter la rupture de traitement, l’Ordre propose quelques solutions : apposer une mention sur l’ordonnance précisant que l’accord de soin a bien été signé, intégrer l’accord de soin signé dans le DMP, prévoir la possibilité pour le pharmacien de télécharger et de faire signer un document à la patiente affirmant que l’accord de soin est bien signé.

Autre action proposée par l’Ordre : renforcer l’information. Auprès des professionnels de santé tout d’abord, par le biais de lettres, de documents d’information et d’un guide de prise en charge, notamment. Auprès du grand public également : presse féminine et familiale, réseaux sociaux, sites à forte audience, porte-paroles influents (médecins, bloggeurs…) sont quelques unes des pistes abordées.






Anne-Hélène Collin

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Délivrez-vous encore beaucoup de substituts nicotiniques sans ordonnance ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK