10/05/2019 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
Compléments nutritionnels oraux, aliments diététiques, ADDFMS, DADFMS, remboursement, Journal officiel Kliim

Le Journal officiel du 10 mai 2019 modifie la nomenclature des denrées alimentaires destinées à des fins médicales spéciales inscrites sur la liste des produits et prestations remboursables (LPPR). Si la première prescription de ces produits reste toujours effectuée pour un mois maximum, la première délivrance est désormais limitée à 10 jours de traitement.

« A l'issue de cette période, le pharmacien, après avoir évalué l’observance par le patient, adapte si nécessaire, dans les limites des apports prévus par la prescription, le complément prescrit pour la suite de la délivrance », indique le texte.

Les renouvellements de prescription peuvent ensuite être effectués pour 3 mois maximum par le médecin, après réévaluation de l’état du patient.

Le texte précise également que, sauf exceptions, l’objectif pour les personnes âgées est d’atteindre un apport supplémentaire de 400 kcal par jour et/ou de 30 g de protéines par jour.

Les nouvelles conditions de prise en charge entrent en vigueur le 23 mai 2019.






Les dernières réactions

  • 10/05/2019 à 19:33
    CeratDeGalien
    alerter
    Délivrance pour 10 jours, avec (en général) des conditionnements par 4 unités, cela va encore faire......des comptes d'apothicaire
  • 10/05/2019 à 20:30
    Jarod
    alerter
    @ceratdegalien
    Et oui entièrement d'accord ! Comme d'habitude ils ont dû réfléchir de longues heures pour pondre ce texte !!!
  • 10/05/2019 à 22:58
    Fab85
    alerter
    C est juste pour éviter le gâchi.
    On a des gens raisonnables qui prennent un peu au début pour goûter. Et je trouve que la plupart font ça la première fois. Donc cela ne nous changera pas beaucoup.
    Je pense qu il faut arrêter de râler pour râler... c est juste du bon sens....
  • 10/05/2019 à 23:05
    Fab85
    alerter
    Et pour en revenir au conditionnement (mis à part pour les stup) on a toujours donné la quantité nécessaire pour faire la durée du traitement au minimum. Donc si ça fait douze jours ce n est pas grave.
  • 11/05/2019 à 06:55
    Hellébore
    alerter
    D'accord avec Fab85. Et merci pour ton bon sens et ta modération.
  • 11/05/2019 à 07:47
    CeratDeGalien
    alerter
    Ce n'était pas une critique, mais une constatation.
    Comme de nombreux collègues, je ne donne jamais la totalité du traitement quand c'est une 1° délivrance, et je fais toujours goûter pour faire alterner les parfums, les textures,....
    Mais lorsqu'on nous (re)parle de délivrance à l'unité, il faudrait d'abord que les durées de prescription soient en phase avec les conditionnements.
  • 11/05/2019 à 12:53
    pharmaco2b
    alerter
    2/j x 10 j =20...divisé par quatre=5 packs de 4!!!quelle brillante demonstration pharmaco2b!!


  • 12/05/2019 à 12:01
    fed80
    alerter
    Cf le journal officiel : une baisse de plus comme c'est maintenant la routine.
    ce qui est très fâcheux, toujours d'après le JO c'est qu'un de nos syndicats cautionne...
    "on" oublie trop que notre activité de distribution de l'ordre de 80 à 100% du métier, et alors qu'elle est de plus en plus difficile à exercer (contraintes administratives, normes, charges de tracabilité, déficit de médecins, temps passé à gérer les ruptures, niveau de services de nos partenaires (labo, organismes sociaux), .... n'est plus défendue, voire n'est plus rémunérée.
    seul compte des actes intellectuels chronophages et de fait trop lourds à mettre en place (pour des rémunérations de misère en plus)... qui non seulement ne peuvent compenser, mais contribuent à la mise en péril de notre métier à termes
  • 13/05/2019 à 13:56
    pcc1
    alerter
    Je ne suis pas pour la délivrance de quantités importantes en officine et je suis pour le respect de la juste dispensation mais qu'en est -il des "sociétés de prestations de soins" dont on se demande à quelle législation elles répondent d'ailleurs et qui livrent des cartons par dizaines de pansements et autres et de compléments alimentaires à tel point que les patients livrés ne savent plus ou les mettre et dont il reste des quantités très importantes après décès et qu'on nous rapporte bien sur à l'officine pour destruction, (vécu dans ma patientèle et à titre familial) comment cela est facturé à la sécu?
  • 13/05/2019 à 22:05
    Hellébore
    alerter
    C'est malheureusement vrai. J'ai les mêmes .... quel gâchis ! Et à côté de ça, la sécu nous fait reproche et chicane sur quelques centimes, quelques euros. L'officine est plus facile à contrôler que ces sociétés de HAD. On s'attaque donc au plus faible, plus facile, comme partout.

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Délivrez-vous encore beaucoup de substituts nicotiniques sans ordonnance ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK