07/02/2019 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
compléments alimentaires Zabou Carrière

« La sécurité des compléments alimentaires contenant des plantes n’est pas assurée. » C’est la conclusion d’un rapport de l’Académie nationale de pharmacie dévoilé ce jeudi 7 février, qui dénonce les contradictions de la réglementation des compléments alimentaires.

L’Académie demande en premier lieu la révision de l’arrêté « Plantes » du 24 juin 2014, qui établit la liste des espèces végétales autorisées dans les compléments alimentaires, et qui conduit à autoriser la présence de plantes à effet pharmacologique dans des produits ne pouvant prétendre qu’à des effets nutritionnels ou physiologiques.

Exemple flagrant : les plantes à dérivés anthracéniques (séné, bourdaine, cascara, aloès, rhubarbe officinale, rhubarbe de Chine), traditionnellement utilisées pour traiter la constipation, dont les effets indésirables (risque d’hypokaliémie, ...), les interactions médicamenteuses (avec les digitaliques, ...), les contre-indications (syndrome occlusif ou sous-occlusif, douleur abdominale non déterminée, colopathie organique inflammatoire, état de déshydratation sévère, enfant de moins de 12 ans) et les risques de mésusage sont bien établis. Ces plantes médicinales, qui par ailleurs n’ont aucun usage alimentaire, peuvent donc entrer dans la formulation de compléments alimentaires en bénéficiant de l’allégation « amélioration du transit », avec le strict minimum des mises en garde : pas chez l’enfant ni la femme enceinte ou allaitante, tout en déconseillant l’usage prolongé. Une aberration, pour l’Académie de pharmacie, qui requalifie ces laxatifs stimulants comme des médicaments par fonction, nécessitant les conseils d’un pharmacien. « La constipation n’est pas un état physiologique normal, c’est une pathologie », renchérit-elle.

L’Académie nationale de pharmacie recommande donc :

- une révision de l’arrêté «  Plantes » pour en supprimer les espèces sans qualité nutritionnelle et/ou dangereuses pour le consommateur ;

- une prise en compte des mises en garde formulées par les agences sanitaires nationales, européennes et internationales ;

- un renforcement des contrôles et du dispositif de vigilance. Car à ce titre, les remontées de cas de nutrivigilance sont encore trop peu nombreuses. C’est pourtant une obligation pour les professionnels de santé.






Anne-Hélène Collin

Les dernières réactions

  • 07/02/2019 à 22:02
    Isabelle Guillaume, Pharmacien (autre)
    alerter
    Tout comme la sécurité de l’utilisation des plantes médicinales qui ont des contre-indications, des indications, des interactions médicamenteuses mais la plupart s’en moquent sauf quand le drame arrive ils appellent les pompiers !!! Ras le bol.
  • 08/02/2019 à 09:42
    BREZHONEG
    alerter
    Securité d'emploi non assurée? C'etait necessaire pour aider Leclerc a venir magouiller chez nous avec les produits soit disant "frontieres".Merci aux fonctionnaires et poliques de l'epoque qui sont donc les responsables a rechercher pour le futur proces.
  • 13/02/2019 à 15:31
    sr38
    alerter
    Je m'éloigne peut-être un peu du sujet, bien que .... mais que fait-on des collutoires, sprays ..... contenant des huiles essentielles, avec lesquelles il faut avoir au moins autant de vigilance qu'avec les plantes et que certains labos comme UPSA sortent comme dispositif médical pour ne pas avoir à faire toutes les études nécessaires ?

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.


MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK