20/06/2018 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
Levothyrox, levothyroxine, AFMT, Merck Anne-Hélène Collin

Ayant reçu, de source journalistique, une copie du rapport de l’Association française des malades de la thyroïde (AFMT) qui faisait état d’une nouvelle analyse de la nouvelle formule de Levothyrox (voir notre actualité du 14 juin 2018), le laboratoire Merck reste ferme sur ses positions : « Il n’y a absolument aucune preuve scientifique d’une quelconque anomalie dans la nouvelle formule de Levothyrox mise en lumière par ce rapport ».

Aucune validation scientifique des méthodologies utilisées n’est en effet fournie, et le rapport met lui-même en doute ses propres hypothèses, soulignant de possibles biais ou erreurs. « Tous les résultats sont donnés de manière conditionnelle et se résument à une succession d’hypothèses. D’ailleurs les conseillers scientifiques de l’AFMT ont eux-mêmes admis qu’il ne s’agit pas de preuves indiscutables et émettent des réserves quant à la reproductibilité de ces résultats ». Pour finir, la version reçue étant anonymisée, la qualification et les compétences techniques du laboratoire étranger à l’origine de ce rapport ne peuvent pas être vérifiées.

Le laboratoire Merck dénonce « un climat délétère qui n’a pour seul objectif que d’inquiéter les patients et déstabiliser la communauté médicale ». Il en appelle à la responsabilité de chacun quant à la diffusion d’analyses ou allégations non scientifiquement fondées.






Les dernières réactions

  • 21/06/2018 à 07:33
    MAURICE
    alerter
    Le Lévothyrox fait l'objet de nombreuses Fake-News,entrainant de nombreuses visites sur ces sites, et rémunérant donc ceux qui véhiculent ces informations.
    Je m'interroge, qui tire profit de cette malversation?
  • 21/06/2018 à 07:40
    rab74
    alerter
    il faudrait surtout que les lanceurs de fake news et les relayeurs qui ne vérifient ni leurs sources, ni leur qualité, supportent matériellement les conséquences de leur inconséquence. c'est d'ailleurs la seule chose qui me ferait douter de la sincérité de Merck: pourquoi ce labo ne vole-t-il pas dans les plumes de ces personnes de manière plus ferme et juridique?
  • 21/06/2018 à 08:54
    maminino
    alerter
    en tous les cas je souligne la démarche de l'AFMT et de ses conseillers scientifiques qui restent prudents,demandent des confirmations par d'autres analyses(qu'attend-t-on pour les faire?)et ne se contentent pas d'affirmer des vérités "révélées"comme Merck et Mme Buzyn qui ont répété que la nouvelle formule est "parfaite",contre toute évidence,et sans pouvoir convaincre les victimes!
    une vraie démarche scientifique...
  • 21/06/2018 à 10:43
    Blanquita
    alerter

    Je souligne moi aussi l'action et la démarche de l'AFMT qui a œuvré avec courage et compétence pour aider les malades et faire la lumière sur cette affaire de la nouvelle formule du levothyrox depuis le début car le moins que l'on puisse dire est que l'opacité est totale depuis le début où la fabrication a été décidée "discrètement" et sa mise sur le marché non moins "discrètement" le corps médical n'étant globalement même pas au courant. Alors qu'1 million de personnes a rejeté cette nouvelle formule que plus de 7000 plaintes ont été déposées révélatrices de réels troubles de santé et de souffrances, à défaut d'information claire de cette décision, qu'attendent aujourd'hui les pouvoirs publics pour " suivre l'exemple" de l'AFMT, association de peu de moyens, seule à rechercher "la vérité scientifique" ?
    Dans un tel contexte il est du devoir des autorités publiques et sanitaires d'agir indépendamment des laboratoires et des lobbying de toutes natures.
  • 21/06/2018 à 14:33
    Lisa 2018
    alerter
    Hypothyroidie depuis 22 ans. Effets secondaires importants depuis qq mois semblables aux statines
  • 21/06/2018 à 19:05
    Laf
    alerter
    Je suis tout à fait d'accord.J'ai eu exactement les mêmes effets secondaires tres importants qu'avec les statines (sevastatine)
  • 21/06/2018 à 19:55
    Charbon
    alerter
    Beaucoup de medicaments importants pour les malades de tension arterielle sont manquant et on laisse les malades sans rien ...et l'approvisionnement n'a pas de dates precises meme aucune date notamment pour le lasilix 60 retard ...et on nous parle d'une piscine pour le confort de deux personnes....et de plus lecas du levothyrox n'est pas resolus ..est ce un holocauste des malades et des personnes âgées .....ca faciliterait la reformes des retraites !!!@!
  • 21/06/2018 à 21:28
    brucine
    alerter
    Il faudrait pour le moins que l'on arrête le buzz et les théories du complot.

    Je n'ai aucune action dans Big Pharma, mais il reste en effet exact, jusqu'à preuve du contraire, que les analyses invoquées n'ont pas suivi un protocole scientifique incontestable et d'ailleurs ne font que supputer l'existence d'une substance tierce au vu d'un pic chromatographique qui peut fort bien n'être qu'un artefact, et qui n'est de toute façon pas formellement attribuable à la substance évoquée.

    Que la transmission n'est pas été faite suffisamment aux patients (et ce qui somme toute aurait été assez logique en tenant la modification de formule pour mineure autant que l'on pouvait en connaître à l'époque et encore aujourd'hui le manque de conséquences significatives) est une chose.

    Que certains médecins ne lisent que rarement la prose qui leur est adressée par les autorités en est une autre.

    Mais prétendre que le corps médical n'était pas informé est une contre-vérité dont on peut encore à ce jour trouver la démonstration via les archives toujours disponibles en ligne des informations adressées à tous les médecins généralistes, spécialistes concernés et pharmaciens.
  • 21/06/2018 à 22:06
    NovaEden
    alerter
    Dans ce scandale du levothyrox NF on ne part pas des symptômes pour remonter à l’origine du mal, on part de la certitude de l’absence du mal pour effacer les symptômes d’un revers de main. trahison du serment Hippocrate et mépris du patient .
    Pourquoi autant de médecins ont pris les versions de l’ANSM, de la DGS et du laboratoire MERCK pour argent comptant ?
    Une honte , une attitude indigne , l’irrespect total du citoyen malade qui a besoin de retrouver la santé son capital de vie.. oui je suis en colère , très en colère !!! Nous avons depuis des mois subi la dégradation de nos corps par un médicament à vœu de profit , le flétrissement de nos âmes meurtris ,nous avons été vendus comme du bétail
  • 22/06/2018 à 00:08
    Bonjour à tous
    alerter
    LEVOTHYROX MERCK nous a transformés en rhumatisme ambulant? Essayons VIOXX MERCK! "Il n'a fait de mal à personne en France alors qu'Outre-Atlantique, il a été reconnu qu'il a provoqué des dizaines de milliers d'accidents cardiovasculaires et la mort d'environ 40 000 personnes. Le laboratoire a dû indemniser les victimes et l'Etat américain l'a reconnu coupable de dissimulation." En France, l'affaire a été étouffée.
  • 22/06/2018 à 07:19
    brucine
    alerter
    On ne voit pas très bien pourquoi Vioxx aurait eu des effets secondaires aux Etats-Unis et pas en France: l'histoire du nuage de Tchernobyl?

    Les coxibs continuent à être prescrits en France.

    En tout état de cause, rien à voir avec Lévothyrox.

    Tout d'abord parce que, si problème il y a eu, c'est pour avoir prétendu, en connaissance de cause ou non, que les coxibs n'auraient pas les effets secondaires gastriques des AINS traditionnels (ou tout bêtement de l'aspirine et de l'ibuprofène), et surtout parce qu'ils ont été prescrits larga manu par les généralistes en dehors de leurs indications (eh oui, quoi qu'on en dise, si tout le monde lisait ce que racontent l'ANSM et la HAS...).

    Ensuite parce que Vioxx est la propriété de la société MSD, qui n'emporte le droit de s'appeler Merck que sur le sol américain, et qui n'a plus rien à voir Sérono, filiale de Merck KgaA qui est une société de droit allemand.
    MSD et Merck KgaA sont indépendants depuis la fin de la première guerre mondiale.
  • 22/06/2018 à 07:47
    rab74
    alerter
    Tout à fait d'accord avec Brucine!pour le vioxx, le problème est typiquement américain, identique celui du Staltor, retiré en 2002: utilisé à des doses et des durées hors AMM (voir Médiator), sur des personnes "contre-indiquées", et souvent en association avec d'autres molécules contre-indiquées, ce fut un carnage.
    Les usa n'ont pas du tout le même rapport à la santé que les européens, il n'est qu'à voir le scandale qu'ils ont lancé sur les THS avec leur étude Why, avant même que celle ci soit finie: résultat, des millions de femmes privées de traitement efficace et peu dangereux par le biais de cette étude (qui, par ailleurs a abouti, une fois tout finalisé, à conclure à un très faible risque) qui en outre portait sur des hormones fondamentalement différentes de celles utilisées en France. donc, la référence aux usa en terme de santé me semble inappropriée, voire dangereuse . Quant à prendre les versions de l'ansm pour argent comptant, et bien pour la bonne raison est que l'ansm est l'organisme référence, organisme d'état et pas de droit privé, non assujetti aux fluctuations de la bourse et des investisseurs. le labo américain qui a fait les analyses du lévothyrox nf a-t-il cette indépendance, ou travaille-t-il pour le compte d'un gros faiseur?
  • 22/06/2018 à 08:55
    Bonjour à tous
    alerter
    "Rien à voir avec le Lévothyrox" alors que "si problème il y a eu, c'est pour avoir prétendu que [la NF] n'aurait pas les effets secondaires traditionnels". Pourtant dès 2013, la MHRA (ANSM UK) concluait que "des modifications mineures de la formulation et de la fabrication peuvent avoir un impact majeur sur la qualité, la sécurité et l’efficacité". La MHRA identifiait déjà "des affections non spécifiques telles que la fatigue, l’alopécie et la douleur; et des conséquences potentielles graves telles que fibrillation ou récidive cancéreuse".
    "Si problème il y a eu, c'est pour avoir prétendu" que la NF est bioéquivalente alors que, toujours selon la MHRA, l’établissement de la biodisponibilité et de la bioéquivalence pour la lévothyroxine en particulier, continue d’être un défi."
    "Si problème il y a eu, c'est pour avoir prétendu" que la NF améliorait la stabilité bien que classée ASMR V par la HAS.
    Ah, "si tout le monde lisait ce que racontent la [MHRA] et la HAS"!
  • 22/06/2018 à 10:15
    pharmaciencensuré
    alerter
    Lire est une chose, comprendre ce qu'on lit en est une autre, Bonjour à tous.
  • 22/06/2018 à 21:26
    Nini55
    alerter
    Et le fait qu'aucun laboratoire français n'ait accepté de pratiquer les analyses de peur de représailles ça ne dérange personne ?
    Pas meme pas le mulieu medical ?
    Et le fait que ça ne soit pas le ministère de la santé qui demande ces analyses, alors qu'il paraît que notre santé leur tient à coeur ça aussi ça ne dérange personne ?
  • 22/06/2018 à 21:45
    Bonjour à tous
    alerter
    La réaction a été supprimée car elle ne respecte pas la charte du site.
  • 22/06/2018 à 23:20
    Bibs
    alerter
    Brucine et Rab74, "ce n'est pas la même chose"
    bien sûr que si, et cela tient en deux mots : déontologie et fric !
    Ou business, dividendes, profit, flouz, oseille, pognon...

    Désolée, mais vous ne me ferez pas croire que le labo est immaculé de candeur et d'innocence... alors que les patients, eux, avaient confiance !
    Recidives cancéreuses, qui commencent (un an après !!) à bousculer les certitudes de certains médecins.
    Ceci dit, lundi il y en a encore eu un pour me dire que toute cette affaire est "beaucoup de bruit pour rien" (!) Et que "les patients sous levothyrox sont tous un peu spéciaux quand même" (!)
  • 22/06/2018 à 23:25
    Bibs
    alerter
    Et on ne parle même pas de l'ANSM, fantoche !
  • 23/06/2018 à 01:41
    EdenNova
    alerter
    Comme si on avait le loisir d’emmerder le monde, mais la souffrance est la , vu l’energie Déployée pour nous prouver que le médicament est super et a aucun pb, seul la démence et la défaillance de notre intelligence sont mises en cause! 7 à 8 mois d’essai de la NF c’est largement suffisant pour prouver que ce médoc a un souci et 1 million environ de malades qui sont passés à autre chose le prouvent ! Je ne comprend pas qu’on nous laisse dans cet état et dans les switch à répétition ! Mettre en place la CRISE SANITAIRE et des plans d’actions , soigner les gens et ne pas les laisser mourir de désespoir !
  • 23/06/2018 à 07:10
    MAURICE
    alerter
    Voila la démonstration parfaite de l’irrationnel, sur lequel certains surfent.
    Qu'il y ait des problèmes, nous le voyons, et nous ne le nions pas. Cependant notre approche est fondamentalement différente,
    Vous avez pour axiome, la théorie du complot, et cherchez l'introuvable.
    La médecine constate, qu'il n'y a aucun problème pour plus de 90% des patients, donc la formule est bonne en terme de statistique.
    Reste les cas dont vous vous faites écho de manière totalement irrationnelle.
    Alors laissez aux scientifique le temps de comprendre, ce rejet du traitement.
  • 23/06/2018 à 09:52
    Bonjour à tous
    alerter
    Et que dire de votre "démonstration", Maurice, qui fonde son argumentation sur une seule assertion : 90 % (celle de Merck). Selon le rapport du comité de suivi du mois de mai : au cours du SEUL dernier trimestre 2017, ce sont 15,5 % de malades qui se sont détournés de la NF.
    Le prochain comité nous aura, j'espère, statistiquement et fidèlement recensés. Rdv au mois de juillet... Dans cette attente, tâchez de ne pas vous blesser avec le rasoir d'Ockam ;)
  • 23/06/2018 à 09:53
    Bonjour à tous
    alerter
    oops le rasoir d'Ockham
  • 23/06/2018 à 10:00
    tatane85
    alerter
    j ai assisté hier soir dans les Deux Sevres a une reunion d information sur le nouveau lévothyrox ; suite a beaucoup d effets secondaires . j en suis sortie tout retourner par la presence énorme de gens concernés . certainement un nouveau scandale sanitaire apres le mediator; les pouvoirs politiques et sanitaires ne veulent pas en entendre parler ;
    et tout cela suite au changement de la molecule a l ete dernier





    Interpellée par des habitants de sa circonscription, la députée Delphine Batho fait venir à Reffannes demain le Dr Gérard Bapt pour parler du Lévothyrox.

    L’épisode du Lévothyrox est-il un nouveau scandale sanitaire ? Les causes des effets secondaires de la nouvelle formule de ce médicament pour les malades de la thyroïde sont-elles connues ? Les autorités françaises sanitaires ont-elles été défaillantes ?… Autant de questions qui seront débattues ce vendredi à Reffannes en présence du docteur Gérard Bapt, invité par la députée deux-sévrienne Delphine Batho (récente adhérente Génération Ecologie, pressentie pour prendre la direction du mouvement dans quelques semaines).
    Pour rappel, le laboratoire allemand Merck a modifié en mars 2017 la composition de son médicament, le Lévothyrox. Dans les mois qui ont suivi, des centaines d’utilisateurs ont dénoncé de très nombreux effets secondaires…
    Vous parlez de « scandale sanitaire ». Pourquoi ? Gérard Bapt. « Quand on a un nombre sans précédent de déclarations d’effets indésirables à partir d’un médicament, quand des patients sont laissés en errance diagnostic pendant des mois parce que leurs médecins eux-mêmes ne connaissent pas l’origine de ces effets indésirables, quand ces effets conduisent à la multiplication des examens complémentaires à la recherche d’infections de toutes sortes, motivant parfois même des hospitalisations en urgence, ou des consultations voire des hospitalisations en psychiatrie, quand on observe, ce qui nous arrive de plus en plus désormais, des récidives cancéreuses… on se dit qu’il fallait prendre des précautions et que ces précautions n’ont, de toute évidence, pas été prises. »
    Qui aurait dû prendre ces précautions ? « Le laboratoire et l’Agence nationale de sécurité du médicament. En mars 2017, l’autorisation de mise sur le marché de l’ancienne formule – qui donnait satisfaction – a été retirée et a été remplacée par la nouvelle, ce alors que le laboratoire était en situation de monopole sur le marché français (seul le Lévothyrox de Merck permet d’accéder à la thyroxine de synthèse). Faire cela sans précaution ni consultation… je ne sais pas comment le qualifier… parce que c’est inqualifiable… »
    Que vous inspire cette nouvelle affaire sanitaire ? « Elle met en échec les réformes faites sous le ministère de Xavier Bertrand après le scandale du Médiator. Xavier Bertrand avait dit que, désormais, l’intérêt du patient devrait passer avant l’intérêt de la firme : pour cela, on a instauré la notion de transparence, la gestion des liens d’intérêt (pour écarter les experts ayant des liens personnels avec les laboratoires), la notion de démocratie sanitaire (pour associer les patients et leurs associations à la meilleure conduite possible du traitement)… Dans le cas présent, je constate à regret que l’intérêt du patient est passé après celui de la firme… C’est très triste. »
    Les pouvoirs publics sont-ils à la hauteur des enjeux ? « Je constate qu’au parlement, jusqu’à présent, aucun élu ne s’est intéressé au dossier, à part un député communiste du Nord, Fabien Roussel, qui a écrit à la ministre, et François Ruffin. Quelques députés LR s’en sont souciés aussi… avant d’abandonner en cours de route. De son côté, le gouvernement fait le dos rond en espérant que ça passera… sauf que ça ne passe pas. J’espère évidemment que Delphine Batho va maintenant prendre l’étendard… »
    Qu’attendez-vous maintenant ? « Je viens d’alerter le cabinet de la ministre Agnès Buzyn et le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, sur cette question des récidives cancéreuses qu’on voit arriver maintenant. J’espère qu’avec ces nouveaux éléments, ils vont changer d’attitude. »
    Réunion d’information publique, « Lévothyrox : un scandale sanitaire ? », par Delphine Batho avec Gérard Bapt vendredi 22 juin à 18 h 30 à la salle polyvalente de Reffannes, entrée libre.
    interpellée par des habitants de sa circonscription, la députée Delphine Batho fait venir à Reffannes demain le Dr Gérard Bapt pour parler du Lévothyrox.

    L’épisode du Lévothyrox est-il un nouveau scandale sanitaire ? Les causes des effets secondaires de la nouvelle formule de ce médicament pour les malades de la thyroïde sont-elles connues ? Les autorités françaises sanitaires ont-elles été défaillantes ?… Autant de questions qui seront débattues ce vendredi à Reffannes en présence du docteur Gérard Bapt, invité par la députée deux-sévrienne Delphine Batho (récente adhérente Génération Ecologie, pressentie pour prendre la direction du mouvement dans quelques semaines).
    Pour rappel, le laboratoire allemand Merck a modifié en mars 2017 la composition de son médicament, le Lévothyrox. Dans les mois qui ont suivi, des centaines d’utilisateurs ont dénoncé de très nombreux effets secondaires…
    Vous parlez de « scandale sanitaire ». Pourquoi ? Gérard Bapt. « Quand on a un nombre sans précédent de déclarations d’effets indésirables à partir d’un médicament, quand des patients sont laissés en errance diagnostic pendant des mois parce que leurs médecins eux-mêmes ne connaissent pas l’origine de ces effets indésirables, quand ces effets conduisent à la multiplication des examens complémentaires à la recherche d’infections de toutes sortes, motivant parfois même des hospitalisations en urgence, ou des consultations voire des hospitalisations en psychiatrie, quand on observe, ce qui nous arrive de plus en plus désormais, des récidives cancéreuses… on se dit qu’il fallait prendre des précautions et que ces précautions n’ont, de toute évidence, pas été prises. »
    Qui aurait dû prendre ces précautions ? « Le laboratoire et l’Agence nationale de sécurité du médicament. En mars 2017, l’autorisation de mise sur le marché de l’ancienne formule – qui donnait satisfaction – a été retirée et a été remplacée par la nouvelle, ce alors que le laboratoire était en situation de monopole sur le marché français (seul le Lévothyrox de Merck permet d’accéder à la thyroxine de synthèse). Faire cela sans précaution ni consultation… je ne sais pas comment le qualifier… parce que c’est inqualifiable… »
    Que vous inspire cette nouvelle affaire sanitaire ? « Elle met en échec les réformes faites sous le ministère de Xavier Bertrand après le scandale du Médiator. Xavier Bertrand avait dit que, désormais, l’intérêt du patient devrait passer avant l’intérêt de la firme : pour cela, on a instauré la notion de transparence, la gestion des liens d’intérêt (pour écarter les experts ayant des liens personnels avec les laboratoires), la notion de démocratie sanitaire (pour associer les patients et leurs associations à la meilleure conduite possible du traitement)… Dans le cas présent, je constate à regret que l’intérêt du patient est passé après celui de la firme… C’est très triste. »
    Les pouvoirs publics sont-ils à la hauteur des enjeux ? « Je constate qu’au parlement, jusqu’à présent, aucun élu ne s’est intéressé au dossier, à part un député communiste du Nord, Fabien Roussel, qui a écrit à la ministre, et François Ruffin. Quelques députés LR s’en sont souciés aussi… avant d’abandonner en cours de route. De son côté, le gouvernement fait le dos rond en espérant que ça passera… sauf que ça ne passe pas. J’espère évidemment que Delphine Batho va maintenant prendre l’étendard… »
    Qu’attendez-vous maintenant ? « Je viens d’alerter le cabinet de la ministre Agnès Buzyn et le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, sur cette question des récidives cancéreuses qu’on voit arriver maintenant. J’espère qu’avec ces nouveaux éléments, ils vont changer d’attitude. »
    Réunion d’information publique, « Lévothyrox : un scandale sanitaire ? », par Delphine Batho avec Gérard Bapt vendredi 22 juin à 18 h 30 à la salle polyvalente de Reffannes, entrée libre.
    ignore toutes
  • 23/06/2018 à 10:32
    Bonjour à tous
    alerter
    Bonjour Tatane, Je me permets de vous suggérer l'URL plutôt que le copier/coller exhaustif. Si chacun recopie ici l'intégralité d'un article, ce forum sera vite surchargé.
    Or ce forum de professionnels de santé est l'un des rares, voire le seul, où la parole des malades peut aussi s'exprimer. L'occasion pour moi de les en remercier.
  • 23/06/2018 à 10:57
    stratee
    alerter
    Bonjour à tous et toutes depuis quelques jours j'ai modifié la prise du L-Thyroxin Hennin c'est dire au lieu de prendre le dosage 75 je le divise en deux et je complète par Multi Vitamines pour femme + Adaptogène depuis mes douleurs musculaire ont disparues ainsi que les crampes dans les voûtes plantaires, la tachycardie et les migraines. J'ai retrouvé une forme physique et j'ai beaucoup plus d’allant que par le passé voila mes observations.
  • 23/06/2018 à 11:37
    Bibs
    alerter
    Merci Stratee pour ces conseils :-)

    Maurice, j'aimerai vous demander en quoi la communauté scientifique fait elle "son travail" dans cette histoire ???

    * les labos français refusent d'analyser cette NF..... (Ah bon, mais pourquoi donc?)

    * les médecins continuent à prescrire ce médicament douteux. Et le principe de précaution ????

    * les médecins ( certains, pas tous fort heureusement) continuent de considérer les patients comme de glorieux imbéciles...

    * l'ansm affirme à tut ete que "circulez y,'a rien à voir, dire, faire"
  • 23/06/2018 à 11:43
    Bibs
    alerter
    Donc, en quoi la communauté scientifique fait elle son "travail" ????
  • 23/06/2018 à 11:50
    Bibs
    alerter
    Et finalement, qui reste grand gagnant dans l'histoire, et qui est perdant ?
  • 23/06/2018 à 12:03
    pharmaciencensuré
    alerter
    A la lecture de ce qu'écrit stratee, le fait que certains médecins considèrent les patients comme de glorieux imbéciles n'est pas tout à fait dénué de bon sens.
  • 23/06/2018 à 12:24
    pharmaciencensuré
    alerter
    L’épisode du Lévothyrox est-il un nouveau scandale sanitaire ? La réponse est non puisque la nouvelle formule du lévothyrox est devenue celle du nouvel Euthyrox commercialisé en Allemagne depuis ce printemps.

    Les causes des effets secondaires de la nouvelle formule de ce médicament pour les malades de la thyroïde sont-elles connues ? Oui car les effets secondaires du nouveau lévothyrox sont aussi ceux de l'ancienne formule, de l'ancienne formule et de la nouvelle formule d'Euthyrox et de tous les médicaments à base de lévothyroxine.

    Les autorités françaises sanitaires ont-elles été défaillantes ? Non car les autorités sanitaires allemandes ont aussi autorisées la commercialisation de la nouvelle formule d'Euthyrox malgré le pseudo scandale sanitaire français comme les autorités sanitaires suisse précédemment.
  • 23/06/2018 à 12:27
    Bonjour à tous
    alerter
    Stratee, prendre la moitié de la dose est dangereux. Surtout pour après une ablation totale. Le bon dosage se determine après 6 à 8 semaines au mois et non quelques jours seulement. Le forum de Vivre Sans Thyroïde saura vous conseiller.
    Votre commentaire témoigne des souffrances et de l'errance thérapeutique que vivent les malades.
  • 23/06/2018 à 12:31
    brucine
    alerter
    "je complète par Multi Vitamines pour femme + Adaptogène"

    ça, au moins ça élève le niveau scientifique.

    Pour le reste, il ne sert à rien de discuter puisque le buzz de ma concierge, de telle actrice has been de série B, des réseaux sociaux ou que sais-je permet aux uns et aux autres de faire une démonstration scientifique de leur ressenti personnel ou une vérité incontestable d'assertions qui n'ont jamais été démontrées, et même si cela passe par des contre-vérités.

    Concernant les élucubrations les plus récentes, je ne vois pas en quoi Merck aurait fait de l'argent sur cette nouvelle formule dont je rappelle qu'elle li a été imposée, qui est celle en vigueur dans un certain nombre de pays étrangers, et qu'on dit lui avoir coûté plus de 500 millions d'euros.

    L'affaire AFMT est la cerise sur le gâteau puisque, en dehors de Merck, il est faux de prétendre que la nouvelle formule n'a jamais été analysée, le site de l'ANSM, que tout le monde peut consulter, faisant état que cela a été fait au moins à 3 reprises (et cette fois-ci par des protocoles scientifiquement validés).
  • 23/06/2018 à 12:41
    Bibs
    alerter
    Ben, Brucine, apparemment, vous faites vous-même partie des concierges et stars has been ;-)

    Je vous souhaite, à vous et pharmaciencensure, de ne jamais être personnellement confrontés au problème, pour vous ou vos proches....

    Il n'empêche que les patients en attente de réponse ont au moins le mérite de poser les vraies questions, eux ! Et de ne pas faire le jeu des lobbies pharmaceutiques, comme certains IF rémunérés grassement pour embrouiller tout ce p'tit monde...
  • 23/06/2018 à 12:50
    Bonjour à tous
    alerter
    (Oops version corrigée)
    Stratee, prendre la moitié de la dose est dangereux. Surtout après une ablation totale. Le bon dosage se détermine après 6 à 8 semaines au moins et non quelques jours seulement. Le forum de Vivre Sans Thyroïde saura vous conseiller.
    Votre commentaire témoigne des souffrances et de l'errance thérapeutique que vivent les malades...
    ainsi que d'un défaut d'information et d'un manque de compassion de certains
  • 23/06/2018 à 12:50
    Bibs
    alerter
    Il peut s'avérer utile d'aller faire un tour sur le site de mesopinions dans la rubrique commentaires (laissés par toutes les personnes en souffrance et leurs proches) de la pétition la plus importante pour ne plus avoir à se demander si les gens fabulent..
    Honte sur vous de remettre toutes ces souffrances en questions et de les ridiculiser.
    A bon entendeur..
  • 23/06/2018 à 13:59
    EdenNova
    alerter
    A pharmaciencensuré , non l’autorité allemande du médicament n’a pas encore donné l’AMM à la nouvelle formule d’euthyrox ...! Seule la Suisse pour le moment à la NF ! question à se poser si cette nouvelle formule était au point MERCK aurait dû commencer par demander l’AMM sur son pays l’allemange son fief ??? Bizarre tout de même et irrationnel ! On fait le maximum pour prévenir les allemands et les européens des risques des switch qui les attend ...
  • 23/06/2018 à 15:08
    Bonjour à tous
    alerter
    Sauf erreur Brucine, "le site de l'ANSM, que tout le monde peut consulter" ne valide-t-il pas aussi une (pseudo) étude de bioéquivalence réalisée sur 200 sujets masculins dont la thyroïde est saine pendant une période d'absorption de 72 heures ?
    Oh My Godnesssssss!
    God save the Queen et la MHRA!
  • 23/06/2018 à 16:24
    jpf
    alerter
    EdenNova cela fait plus de 20 ans que les AMM sont européennes. Dés la commercialisation du nouveau lèvothyrox en 2017 en France, il était prévu celle du nouvel Euthyrox en 2018 en Allemagne.
  • 24/06/2018 à 09:55
    Bonjour à tous
    alerter
    Ici, alors que tout part d'un problème de stabilité contesté et d'une étude de bioéquivalence faussée, voilà que Merck prétend en appeler "à la responsabilité de chacun quant à la diffusion d’analyses ou allégations non scientifiquement fondées."

    Quid de sa responsabilité quant aux douloureuses et dangereuses perturbations que son glissement de brevet* allait nous imposer?

    * Stratégie des laboratoires pharmaceutiques étudiée, voire dénoncée, par l’IRDES et le HCAAM : déposer des brevets secondaires peu avant l’expiration des premiers.
  • 24/06/2018 à 11:31
    Bibs
    alerter
    En effet, il y a des questions telles que le brevet, le marché asiatique, la fabrication de l'ancienne formule sur le sol français, les conflits d'intérêts dénoncés par le journal "les jours" et les menaces qui ont suivi, les laboratoires d'analyse français qui ne veulent pas se mouiller, etc..., qui restent en suspens et sont en permanence balayées d'un revers de main méprisant/méprisable...

    Quant à l'inertie coupable de l'ansm qui est censée nous "protéger"
    Oui, ils ont ouvert le marché à des médicaments alternatifs. Et heureusement !!! Merck en monopole de marché sur un médicament VITAL !! Mais c'était complètement illégal, non ???!!
    Je pense que la grogne des patients est légitime à 2000% et cela fait un an qu'ils n'ont toujours pas de réponses à leurs questions !!!!
  • 24/06/2018 à 11:46
    Bibs
    alerter
    Je constate aussi que lorsque les patients présentent un problème de régulation de la tsh, le médicament systématiquement prescrit est le levothyrox.
    Il faudrait une évolution du système de santé, permettant d'imposer au médecin de proposer plusieurs médicaments au patients, et ainsi de ne pas le rendre "prisonnier" d'une firme pharmaceutique. Surtout si celui-ci est VITAL pour lui.
    En gros, faire jouer la concurrence saine, mais en concertation étudiée avec le corps médical.
    Peut-être que les lobbies ne se comporteraient plus en "toute puissance" acquise et admise par la communauté scientifique...
  • 24/06/2018 à 23:59
    jpf
    alerter
    Bibs, l'évolution du système de santé permettant d'imposer au médecin de proposer plusieurs médicaments aux patients afin de ne pas le rendre "prisonnier" d'une firme pharmaceutique existe déjà puisque la loi impose aux médecins la prescription en DCI.
    Dans le cadre du problème de régulation de la TSH, la DCI systématiquement prescrite ne peut être que la lévothyroxine. Parce que les patients n'ont pas voulu changer de laboratoire, la commercialisation de lévothyroxine par d'autres laboratoires a été arrêté. Merck est donc resté en monopole de marché uniquement sous la pression des patients dont la grogne actuelle est loin d'être légitime puisqu'ils ont rejeté par ignorance d'autres formulations de lévothyroxine.
  • 25/06/2018 à 00:10
    Bibs
    alerter
    Merci pour ces éclaircissements jpf
    Si cette loi existe, elle n'est pas appliquée aujourd'hui en tous cas, même avec les alternatifs...
    Quand vous dites que les patients n'ont pas voulu changer de labo, vous faites référence à l'essai avec le générique ?
  • 25/06/2018 à 00:42
    jpf
    alerter
    Quand les brevets d'une molécule tombe dans le domaine public, n'importe quel laboratoire peut la commercialiser. La France est le seul pays à faire référence à un princeps pour les génériques essentiellement parce que nous réglementons nos prix industriels. C'est la lévothyroxine qui est générique pas le Lévothyrox.
    Ce n'est pas le cas des autres pays comme l'Allemagne qui possède 10 formulations différentes de lévothyroxine. Les nouvelles formulations commercialisées en France en 2017 font partie de celle rejetées comme génériques par les patients.
    Même si elles ne sont pas totalement généralisées, les prescriptions en DCI progressent.
  • 25/06/2018 à 00:47
    Bonjour à tous
    alerter
    À moins que l'ancienne formule, forte (et preuve!) de son succès, n'éliminât tout naturellement la concurrence.

    Perso, j'ai de guerre lasse opté pour l'ablation pour ne plus jamais avoir à subir les affres d'un dérèglement dont VOUS IGNOREZ TOUT jpf.

    Interrogez les malades et vous saurez :

    Pour ceux d'entre nous qui avions l'équilibre, la PÉRENNISATION s'imposait.
    Pour les autres, la DIVERSIFICATION aurait dû être assurée.
  • 25/06/2018 à 01:30
    jpf
    alerter
    Rien ne vous permet de dire que j'ignore les affres d'un dérèglement, Bonjour à tous, par contre votre ignorance des formulations de lévothyroxine est bien réelle.
  • 25/06/2018 à 06:00
    Bonjour à tous
    alerter
    Vous semblez ignorer aussi jpf que les génériques rejetés étaient médiocres.

    Afssaps, 24 janvier 2012 : “L’analyse des spécifications des produits à base de lévothyroxine (princeps et génériques) confirme qu’il existe une différence de teneur en lévothyroxine entre le princeps et les génériques. Ces différences pourraient alors expliquer la survenue de certains cas de déséquilibres thyroïdiens, comme l’a déjà pris en compte la FDA."
  • 25/06/2018 à 06:14
    Bonjour à tous
    alerter
    PS
    Constat qui motiva la mise en place d'une pharmacovigilance dont nous attendons les résultats 2018 pour les confronter aux précédents
  • 25/06/2018 à 08:16
    jpf
    alerter
    La différence de teneur en lévothyroxine entre princeps et génériques (définition franco française) n'est pas un problème de qualité mais de stabilité.
    Pour limiter la survenue de déséquilibres thyroïdiens, qui se manifestent par les effets secondaires décrits pour la prise de la NF de Lévothyrox, la FDA a modifié les normes de stabilité de la lévothyroxine qui se dégrade dans le temps pour limiter les écarts de teneur en lévothyroxine entre les différentes formulations de lévothyroxine commercialisées aux Etats Unis.
    Ces normes ont été reprises par l'ANSM et les agences du médicaments des autres pays et et appliquées par Merck avec sa nouvelle formule de Lévothyrox et d'Euthyrox.
    Si l'ANSM refaisait des analyses de teneur en lévothyroxine entre l'ancienne et la nouvelle formule de lévothyrox et le L-Thyroxin nouvellement commercialisé en France il est sur qu'elle trouverait des différences de teneur équivalentes à celles trouvées entre le Lévothyrox et ses génériques.
  • 25/06/2018 à 08:47
    Bonjour à tous
    alerter
    Certes, et c'est pour cela que la PERENNISATION s'impose.

    Il serait temps et force d'avérer en effet ce qui a largement été expérimenté, aujourd'hui et hier, ici et ailleurs : un quelconque changement de formulation ou de fabrication, même minime, entraîne la survenue de déséquilibres thyroïdiens délétères.
    On n'en veut plus. On n'en peut plus.

    PRIMUM NON NOCERE
  • 25/06/2018 à 23:09
    Bibs
    alerter
    Bon, certes, mais tout ce blabla n'explique pas pourquoi mon médecin lui même, à constaté des symptômes d'hypothyroidie, hyperthyroidie et allergie combinés, tout cela avec une tsh dans la norme... Après deux mois de prise de cette nouvelle formule.
    Et que lorsque j'ai opté pour un autre traitement,les symptômes les plus francs se sont dissipés en une semaine, les autres en quatre....

    jpf, une théorie ?
  • 01/07/2018 à 15:27
    Alban V
    alerter
    Personnellement, en tant que préparateur en pharmacie, je trouve honteux qu’on casse le Levothyrox qui a si bien servi les patients pendant des années ! Ils ont retiré le lactose pour permettre à des personnes allergiques de le prendre sans crainte et ont investi dans une campagne d’information à laquelle j’ai eu accès ! Campagne via de grandes feuilles à afficher dans les pharmacies précisant que l’effet du médicament pouvait varier avec la nouvelle formule et qu’il fallait donc refaire les tests d’équilibre thyroïdien lors du passage à cette nouvelle formule. Campagne ignorée par des médecins, des hôpitaux et de très nombreuses pharmacies ! Si tout le monde avait fait son travail comme il le faut, nous aurions juste eu une période de transition de l’ancienne vers la nouvelle formule. L’assimilation étant propre à chacun, certains de mes patients n’ont subi aucun désagrément, certains ont eu une efficacité de traitement réduite et les derniers une efficacité augmentée, rien de plus normal avec une nouvelle formule pour quelque chose d’aussi sensible que la thyroïde ! Voilà ce que j’ai pu comprendre en étant simplement au comptoir en simple préparateur !
  • 03/07/2018 à 23:03
    Bibs
    alerter
    Et comment expliquez-vous que des patients perdaient leurs cheveux par poignées ?
    "Simple surdosage" ?
  • 03/07/2018 à 23:53
    Bonjour à tous
    alerter
    1) Aucune étude sur une intolérance au lactose (sauf marchés émergents)
    2)AF conforme aux nouvelles spécifications 95-105% (source fda)
    3)Deux tiers des effets indésirables malgré tsh dans les normes (source ansm)

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Enquête flash

Envisagez-vous de développer une activité de télémédecine dans votre pharmacie ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK