25/04/2018 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
baclofène, alcoolo-dépendance, dépendance alcool, Alpadir, Bacloville, Ansm DR

Le Comité scientifique spécialisé temporaire (CSST) chargé par l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament) d’évaluer le rapport bénéfice/risque du baclofène dans le traitement de l’alcoolodépendance s’est réuni le 17 avril 2018.

Dans ses conclusions, il juge  l’efficacité du baclofène « cliniquement insuffisante » au regard des études ALPADIR et BACLOVILLE présentées.

« Ceci, ajouté à un risque potentiellement accru de développer des évènements indésirables graves (y compris des décès) en particulier à des doses élevées, conduit à considérer que le rapport bénéfice/risque est négatif », résume le CSST.

Toutefois, compte tenu de la large utilisation actuelle du baclofène, l’ANSM auditionnera les 3 et 4 juillet prochains les sociétés savantes et les associations de patients concernées, afin d’avoir un éclairage plus global sur ce dossier.






Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Enquête flash

Envisagez-vous de développer une activité de télémédecine dans votre pharmacie ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK