Porphyre n° 537 du 25/10/2017
 

S’informer

Décryptage

Anne-Gaëlle Harlaut

De nouvelles études confirment la possibilité d’une diffusion systémique de l’aluminium après vaccination et d’une prédisposition génétique dans l’apparition de troubles neurologiques potentiels. Selon l’ANSM, ces avancées « significatives » méritent d’être approfondies.


D’où viennent ces études sur l’aluminium des vaccins ? Elles émanent du projet de recherche BNAAVacc financé et confié en 2013 par l’Agence nationale du médicament et des produits de santé (ANSM) aux équipes de recherche du Pr Romain Gherardi (voir encadré). Elles portent sur la biopersistance et la neuromigration des adjuvants aluminiques des vaccins, avec une hypothèse selon deux volets. Un volet toxicologique expérimental sur des souris vise à connaître le devenir des particules aluminiques et à repérer d’éventuels effets neurotoxiques. Et un volet génétique, humain, pour détecter une éventuelle susceptibilité génétique. Les résultats ont été présentés(1) au conseil scientifique chargé de rendre un avis à l’ANSM.Que devient l’aluminium selon l’étude ? La partie toxicologique montre que les particules d’aluminium transportées par les macrophages peuvent migrer du point d’injection musculaire vers les ganglions, ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?



Abonnez-vous à porphyre, la revue des préparateurs en pharmacie.


Abonnez-vous
Enquête flash

Pensez-vous que le conseil soit de qualité dans les officines ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK