Porphyre n° 530 du 28/02/2017
 

S’informer

Actus


Ibuprofène, kétoprofène, diclofénac, aspirine…, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) rappelle que les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont contre-indiqués dès le début du sixième mois de grossesse, quelle que soit la voie d’administration, cutanée comprise. Ils sont potentiellement toxiques pour le fœtus, même après une seule prise, avec un risque d’atteintes rénale et cardio-pulmonaire pouvant entraîner la mort in utero ou en néonatal. L’ANSM enfonce le clou car 5 000 à 6 000 prescriptions d’AINS persistent après le sixième mois ! Le célécoxib (Celebrex) et l’étoricoxib (Arcoxia) sont, eux, contre-indiqués durant toute la grossesse.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?



Abonnez-vous à porphyre, la revue des préparateurs en pharmacie.


Abonnez-vous
Enquête flash

Pensez-vous, compte tenu de l’évolution du métier, que les services, nouvelles missions et activités spécialisées de l’officine prendront l’ascendant sur le médicament lui-même ?

Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...