Porphyre n° 527 du 26/10/2016
 

Exercer

Les mots pour…

Alexandra Chopard

Gérer les têtes qui ne nous reviennent pas. Analyser puis « déconstruire » ses émotions négatives permet d’adoucir sa réaction, face au patient ou à un collègue qui nous « répulse ».


Quelques dégâtsQue celui qui n’a jamais prolongé une délivrance pour ne pas servir le client suivant lève la main ! Vivre dans l’environnement professionnel ou social d’une ou plusieurs têtes qui ne nous reviennent pas expose à des situations tendues, tels des échanges désagréables dans lesquels l’agressivité n’est pas toujours du côté que l’on imagine, un mauvais accueil du patient avec une image de l’officine ternie, des situations d’évitement à risque de malentendus… Bref, plutôt que d’esquiver, mieux vaut essayer de comprendre !Pourquoi cette répulsion ? Un réflexe épidermique C’est à peine si on le connaît ou si on a échangé trois mots avec lui, mais la sensation de répulsion envers un interlocuteur est parfois immédiate. Loin d’être réfléchie, elle est de l’ordre du réflexe, quasi physique : « Je ne peux pas le sentir », « Il me ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?



Abonnez-vous à porphyre, la revue des préparateurs en pharmacie.


Abonnez-vous
Enquête flash

Votre rémunération a-t-elle baissé en 2017 ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK