Porphyre n° 527 du 26/10/2016
 

Édito

Christine Julien


Ouvrir un dossier pharmaceutique (DP) à l’insu d’une personne n’est pas si rare selon des témoignages : « Cela m’est souvent arrivé par erreur ou manque de temps », « Il faudrait au moins cinq minutes à chaque client ». Or, si le DP a son utilité, il reste facultatif. Et dans un pays où les libertés publiques ont encore un sens, le client a le droit, quelles que soient ses raisons, de refuser de divulguer des données personnelles. Des plaintes ont ainsi été déposées auprès de la Cnil (lire p. 14). Alors, cinq minutes pour expliquer et préserver la confiance des Français vis-à-vis des équipes officinales, ça vaut peut-être le coup. Ce numéro invite aussi à réfléchir sur la sédation en fin de vie. La loi permet de choisir de terminer sa vie à son ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?



Abonnez-vous à porphyre, la revue des préparateurs en pharmacie.


Abonnez-vous
Enquête flash

Pensez-vous que le conseil soit de qualité dans les officines ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK