Porphyre n° 525 du 30/08/2016
 

L’INTERVIEW

Comprendre

Enquête

Christel Leclercq, préparatrice, formatrice chez Prepa’Forma.


« Pour un préparateur qui veut travailler chez un sous-traitant ou dans une officine qui a une activité de préparations, le BP actuel ne suffit plus. D’une part, il est réduit en termes de temps et de coefficient pour la pratique, d’autre part, la vision scolaire de la préparation n’est plus toujours en phase avec la réalité. Le sirop simple, qu’on ne fait plus en pratique, est encore réclamé. Par contre, on ne demande jamais de déconditionner une spécialité pour un dosage pédiatrique, ce qui est monnaie courante… Par ailleurs, que l’on soit chez un ‘‘gros faiseur’’ de préparations ou non, le respect des BPP, peu enseigné lors des études, est obligatoire, même pour une fluorescéine aqueuse ! C’est de loin la formation que je dispense le plus, pour mettre les équipes ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Abonnez-vous à porphyre, la revue des préparateurs en pharmacie.


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...