Porphyre n° 522 du 26/04/2016
 

Exercer

Les mots pour…

Anne-Gaëlle Harlaut

Accompagner un traitement de substitution aux opiacés. À chaque étape du contrat avec la personne, l’enjeu est d’imposer la bonne distance entre rigueur et compréhension.


Un patient hors norme ? S’investir auprès d’un (ex-) usager de drogue sous traitement de substitution aux opiacés (TSO), buprénorphine ou méthadone, est un long chemin parfois semé d’embûches.Il est rarement dangereux « Je ne veux pas de problèmes », « Ils sont agressifs »… les soignants ont encore souvent l’image de patients dangereux. Si c’est le cas pour certains, il y a peu de chances que vous les voyiez à l’officine. « Tous ne sont pas des anges, loin de là, mais attention de ne pas stigmatiser. Ceux pris en charge en ville sont le plus souvent les “bons élèves”, ils ne sont que rarement remuants et nous avons peu de retours des pharmaciens dans ce sens », explique Pascal Hachet, psychologue clinicien de l’association Service d’aide aux toxicomanes-Picardie.Il est en souffranceSelon Pascal Hachet, « l’addiction, quelle qu’elle soit, ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Abonnez-vous à porphyre, la revue des préparateurs en pharmacie.


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...