Porphyre n° 520 du 26/02/2016
 

L’INTERVIEW

Comprendre

Enquête

Sandrine Bellini, préparatrice à Tahiti


« J’ai les bras entièrement tatoués, le dos aussi, une demi-jambe et un mollet, et de petits tattoos au niveau des pieds et des mains. Je travaille dans un pays chaud, mes tatouages sont donc assez visibles au quotidien mais cela ne pose aucun problème à la patientèle. Elle se montre même très enthousiaste à la vue de tout ces gribouillages ! Ici, le tatouage est culturel. En métropole, il s’est démocratisé ces dernières années mais on ne peut pas parler de pratique culturelle, il représente une mode. Je ne pense pas pouvoir exercer un jour en métropole… J’ai vraiment beaucoup de tatouages et je suis pleinement consciente de m’être suicidée socialement ! Si je me suis autorisée à m’exprimer autant par le tatouage, c’est uniquement parce que je vis à Tahiti. Et ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Abonnez-vous à porphyre, la revue des préparateurs en pharmacie.


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...