Porphyre n° 520 du 26/02/2016
 

S’informer

Actus

Thierry Pennable

La loi sur « la fin de vie » adoptée le 2 février 2016 renforce les droits des malades sur des sujets très sensibles et très discutés comme la sédation profonde et continue jusqu’au décès, l’arrêt de l’alimentation considérée comme un traitement ou le statut des directives anticipées qui s’imposent aujourd’hui aux équipes soignantes.


« Nous pourrons désormais assurer à nos concitoyens que, s’ils font face à des souffrances insupportables en fin de vie, ils auront le droit de s’endormir, apaisés et sereins, entourés de leur famille », a soutenu le député Jean Leonetti lors de l’adoption définitive de la « loi du 2 février 2016 créant de nouveaux droits en faveur des malades et des personnes en fin de vie ». Cette loi, dite loi Claeys-Leonetti, traite plusieurs sujets âprement débattus tout au long de l’élaboration du texte entamée en 2012.Dormir pour ne pas souffrir C’est le cas pour la sédation « profonde et continue » suspectée de pouvoir masquer des euthanasies, pour l’arrêt de la nutrition et de l’hydratation artificielles qui pose les questions d’une éventuelle souffrance et d’une accélération du décès, ou pour la valeur accordée aux directives anticipées ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Abonnez-vous à porphyre, la revue des préparateurs en pharmacie.


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...