Porphyre n° 516 du 03/10/2015
 

S’informer

Actus

Annabelle Alix

Un an après la mobilisation historique du 30 septembre 2014, le monopole pharmaceutique est presque intact, le capital toujours aux mains des pharmaciens et le maillage officinal encore indemne… mais l’économie du secteur demeure menacée et ses collaborateurs se désolidarisent.


Si l’union fait la force, l’officine n’a jamais dû se sentir aussi faible. Il y a tout juste un an, le 30 septembre 2014, pharmaciens et préparateurs manifestaient main dans la main dans la rue pour s’insurger contre les intentions de la future loi Macron : vente des médicaments conseils en grande surface, liberté d’installation des pharmaciens, ouverture du capital aux investisseurs.Un an plus tard, l’officine a évité le pire, mais l’avenir ne lui sourit pas. La chute drastique du prix des médicaments et les déremboursements massifs sans compensations financières pèsent de tout leur poids sur les croix vertes. Réactifs, les collectifs Pigeons pharmaciens, Pharma cool et leur page relais, « Ma pharmacie ne fermera pas », sur Facebook, ont relancé l’idée d’une mobilisation « du 30 septembre » (voir encadré). Mais si les titulaires constatent à ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Abonnez-vous à porphyre, la revue des préparateurs en pharmacie.


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...