Porphyre n° 516 du 03/10/2015
 

S’informer

décryptage

Anne-Gaëlle Harlaut

Un rapport d’une agence du ministère de la Santé britannique(1), publié en août, considère la cigarette électronique comme un outil supplémentaire adapté et efficace qui pourrait être utilisé pour des besoins médicaux. Une position officielle inédite qui relance le débat.


Que dit ce rapport anglais ?Il estime que les cigarettes électroniques sont 95 % moins dangereuses que les cigarettes traditionnelles, qu’il n’y a pas de preuves qu’elles sont une porte d’entrée vers le tabac et qu’elles constituent un moyen supplémentaire pour le sevrage. Les experts anglais espèrent qu’elles pourront bientôt être prescrites par les médecins généralistes dans le cadre d’un dispositif spécifique de sevrage, à condition que des produits sûrs et encadrés soient mis à disposition.En quoi est-ce original ? C’est la première fois qu’une agence de santé prend position en faveur d’une utilisation de l’e-cigarette dans l’arsenal médical du sevrage tabagique. Rappelons que l’OMS recommande depuis 2013 de ne pas y recourir en raison de l’insuffisance de données et du risque de développer une dépendance à la nicotine pour les non-fumeurs.Quelle est la ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Abonnez-vous à porphyre, la revue des préparateurs en pharmacie.


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...