Porphyre n° 514 du 01/07/2015
 

SAVOIR

Le point sur…

Nathalie Belin

Leur action vasodilatatrice est utilisée dans le traitement curatif et préventif de l’angor. Limiter le risque d’hypotension orthostatique, respecter l’instauration posologique progressive et éviter tout arrêt brutal sont à conseiller aux patients.


Comment agissent-ils ? Les dérivés nitrés sont la trinitrine, le mononitrate et le dinitrate d’isosorbide. Leurs apparentés sont la molsidomine et le nicorandil. Tous sont des prodrogues donneurs de monoxyde d’azote ou oxyde nitrique (NO), médiateur produit de façon physiologique par les cellules endothéliales des vaisseaux notamment. Le NO est à l’origine d’un effet relaxant des muscles lisses.Vasodilatation Une fois produit, le monoxyde d’azote active une enzyme, la guanylate-cyclase, ce qui entraîne la fabrication intracellulaire de GMP cyclique (messager intracellulaire) et la diminution du calcium intracellulaire, d’où un relâchement des cellules musculaires lisses, et donc une vasodilatation. Cet effet vasodilatateur s’exerce préférentiellement sur les veines par rapport aux artères, et également au niveau des coronaires et à un degré moindre aux niveaux intestinal et bronchique. À savoir : le NO entraîne une relaxation des fibres ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Abonnez-vous à porphyre, la revue des préparateurs en pharmacie.


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...