Porphyre n° 513 du 03/06/2015
 

SAVOIR

le point sur…

Anne-Gaëlle Harlaut

Délisté au mois d’avril, conformément à une décision européenne, l’ulipristal (EllaOne) est désormais accessible selon les mêmes modalités que le lévonorgestrel. Le point sur ces deux molécules pour aiguiller au mieux les utilisatrices.


Quelles sont les méthodes ?La contraception hormonale d’urgence regroupe les méthodes orales visant à limiter le risque de grossesse en cas de relation sexuelle non ou mal protégée : préservatif défaillant, pilule oubliée, patch décollé… Sont utilisés :• le lévonorgestrel (LNG) : un progestatif dosé à 1,5 mg dans NorLevo et génériques ; • l’ulipristal acétate (UPA) : un modulateur sélectif des récepteurs de la progestérone qui agit en se liant avec une forte affinité aux récepteurs de la progestérone humaine, dosé à 30 mg dans EllaOne. À savoir : l’autre méthode disponible en contraception d’urgence est la pose d’un dispositif intra-utérin (stérilet) au cuivre. Moins fréquente, plus difficile dans sa réalisation, elle est cependant plus efficace, à 99,9 % si le DIU est posé dans les cinq jours suivant le rapport à risque.Comment agissent-elles ?Les deux molécules agissent principalement en inhibant ou en retardant ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Abonnez-vous à porphyre, la revue des préparateurs en pharmacie.


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...