Porphyre n° 512 du 29/04/2015
 

Éditorial

Christine Julien


La maladie n’épargne personne. Certains d’entre vous prennent un traitement chronique. Lorsque vous vous servez dans une autre pharmacie, vous avez déjà été effaré par le peu d’attention des blouses blanches. La délivrance s’y résume souvent à « Vous avez la carte Vitale ? » et « Celui-là, je vous le mets ou il vous en reste ? » Sans oublier l’officinal qui assène d’emblée : « Vous devriez prendre ça en plus parce que le médecin ne l’a pas marqué ». Une question me turlupine : est-ce un phénomène rare ou majoritaire ? Arrêtons d’invoquer le manque de temps, le stress du panier moyen ou je ne sais quelle excuse. Où est la satisfaction du métier qui place le patient au cœur de nos préoccupations ? Que se passe-t-il pour que la délivrance devienne une simple distribution ? Est-ce un manque de connaissances, ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Abonnez-vous à porphyre, la revue des préparateurs en pharmacie.


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...