Porphyre n° 511 du 28/03/2015
 

S’informer

décryptage

Anne-Gaëlle Harlaut

Malgré l’avis favorable rendu par l’Agence européenne des médicaments (EMA), la France reste opposée à l’octroi d’une AMM centralisée pour le « coupe-faim » Mysimba. Elle a saisi en février la Commission européenne en vue d’un réexamen du dossier.


Qu’est-ce que le Mysimba ?Médicament du laboratoire Orexigen Therapeutics, le Mysimba (ou Contrave dans les pays hors Europe) est indiqué comme adjuvant à un traitement diététique et une augmentation de l’activité physique dans la prise en charge de l’adulte obèse (IMC ≥ 30 kg/m2) ou en surpoids (IMC entre 27 et 30 kg/m2), en présence d’une ou plusieurs comorbidités associées (diabète de type 2, dyslipidémie, hypertension contrôlée…).Que contient-il ? Mysimba est une association de :> naltrexone, antagoniste des opiacés qui agit par compétition sur les récepteurs du système nerveux central et périphérique. Il est actuellement utilisé comme aide au maintien de l’abstinence chez les patients alcoolo-dépendants (Revia…) ; > bupropion ou amfebutamone, antidépresseur inhibiteur sélectif de la recapture neuronale des catécholamines (noradrénaline et dopamine) qui est utilisé comme aide au sevrage tabagique (Zyban). Cette molécule de structure amphétaminique est employée pour son ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Abonnez-vous à porphyre, la revue des préparateurs en pharmacie.


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...