Porphyre n° 507 du 03/11/2014
 

Édito

Christine Julien


Qu’il est bon de rentrer le soir avec le sentiment du travail bien fait. Reste la question du salaire pour l’effort fourni. Et là, pour vous, ça coince. Comment se fait-il que vous vous considériez si mal payé ? (lire notre enquête p. 18). Faut-il y voir un malaise plus général dû à un manque de reconnaissance dont le salaire n’est qu’un élément ? Il est possible de parler de sa paie avec son employeur à condition d’avoir des arguments. Vous êtes-vous déjà demandé ce que vous apportiez à l’entreprise ? Est-ce que votre titulaire le sait ou le voit ? Pas si sûr d’après le consultant interrogé dans « Les mots pour demander une augmentation » (voir p. 46). Alors, montrez-le et dites-le ! Si malgré votre implication, rien ne se passe et que vous pensez mériter mieux, ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Abonnez-vous à porphyre, la revue des préparateurs en pharmacie.


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...