Porphyre n° 504 du 28/06/2014
 

S’informer

Actus


En attendant l’évaluation définitive européenne, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) invite les professionnels de santé à ne plus initier de traitement par ivabradine (Procoralan) pour traiter la maladie coronaire et de reconsidérer, lors d’une prochaine consultation, le rapport bénéfice/risque des patients déjà traités. En cause : une augmentation du risque combiné de décès cardio-vasculaire et d’infarctus du myocarde chez les patients avec un angor symptomatique traités par ivabradine.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Abonnez-vous à porphyre, la revue des préparateurs en pharmacie.


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...