Porphyre n° 499 du 01/02/2014
 

S’informer

Décryptage

Anne-Gaëlle Harlaut

Les soins de conservation aux défunts porteurs d’hépatite virale ou du VIH restent interdits en France, en dépit de la pression des associations, du Conseil national du sida (CNS) et d’un avis du Haut conseil de la santé publique (HCSP).


Qu’est-ce que la thanatopraxie ?Appelée « embaumement » ou « soins de conservation », elle désigne les techniques qui visent, par injection de biocides, à conserver le corps en limitant sa décomposition.Comment est-elle pratiquée ?Par des thanatopracteurs, sur demande de la famille et après la délivrance, par le médecin, d’un certificat médical de décès ne s’opposant pas aux soins de conservation. La technique implique l’aspiration des liquides du corps, remplacés par des fluides de conservation généralement à base de formol. Elle se pratique en chambre funéraire, mortuaire ou à domicile.Dans quels cas est-elle interdite ?Outre les décès avec obstacle médico-légal, les accidents ou maladies professionnelles, les soins de conservation sont légalement interdits pour certaines infections : charbon, choléra, fièvres hémorragiques virales, hépatites virales, peste, rage, VIH, variole et autres orthopoxvirus, maladie de Creutzfeld-Jakob et états septiques graves sur ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Abonnez-vous à porphyre, la revue des préparateurs en pharmacie.


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...