27/05/2015 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Le dépistage se fait chez le médecin

Depuis 2009, le cancer colorectal fait l’objet d’un programme de dépistage. 2015 est marquée par l’arrivée d’un test immunologique plus simple et plus performant, disponible depuis avril chez les généralistes. Les pharmaciens, eux, ne sont toujours pas impliqués.

« Les pharmaciens sont exclus du dépistage du cancer colorectal, s’insurge Gilles Bonnefond, président de l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO). C’est une erreur de se passer des compétences d’un réseau pharmaceutique et de laisser 70 % des personnes concernées échapper au test ». Sachant que le taux de participation de 29,8 % observé entre le 1er janvier 2013 et le 31 décembre 2014 reste bien en deçà de l’objectif européen minimal acceptable de 45 % de participation, et surtout du taux souhaitable de 65 %(1). « Une expérimentation menée dans le Finistère montre d’ailleurs que la participation des officines peut améliorer la réussite de ce programme ». Effectivement, cette expérimentation(2), qui impliquait les pharmaciens dans la distribution de l’ancien test Hémocult II par dérogation obtenue auprès de l’Institut national du cancer (Inca), a conclu que « l’implication précoce des pharmaciens dans la campagne doit permettre d’améliorer la participation ».

Un risque de « faux négatifs »
Même si le nouveau test OC Sensor des laboratoires Eiken Chemical possède une plus grande sensibilité que le précédent (70 à 75 % contre 40 à 45 %), il reste néanmoins 25 à 30 % de risque de passer à côté d’un cancer débutant. Ce qui justifie la visite chez le médecin, qui devra repérer les personnes à risque élevé de développer un cancer colorectal. Si c’est le cas, le patient sera directement orienté vers une coloscopie et non vers un test qui pourrait donner des résultats faussement négatifs et lui faire perdre un temps précieux pour sa prise en charge (voir Les mots pour…p.54). C’est pourquoi « la proposition du test doit être faite dans le cabinet du médecin généraliste », soutient le docteur Jacques Battistoni, secrétaire général de la Fédération française des médecins généralistes (MG France).

> Lire la suite
> S’abonner

(1) Taux de participation au programme de dépistage organisé du cancer colorectal 2013-2014, Institut de veille sanitaire, février 2015.
(2) L’efficacité du dépistage organisé du cancer colorectal dépend-elle du mode de distribution du test Hémoccult II ?, étude menée par le CHU de Brest et l’Adec 29 (Association pour le dépistage des cancers de Brest).

À lire dans Porphyre n°513 de juin 2015








Thierry Pennable

Les dernières réactions

  • 03/01/2016 à 13:43
    NORIA
    alerter
    ce test n'est pas en pharmacie ! Qui a calculé le coût pour la sécurité sociale de ce dépistage ? Une fois encore les lobbies ont décidé à la place des plus évidentes efficacité et économie. Bien sur ce test sera un jour ou l'autre en pharmacie ! pourquoi passer par cette coûteuse étape ?

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...