22/05/2014 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

La nouvelle campagne de l’éco-organisme chargé de recycler les médicaments non utilisés (MNU) vise à davantage de sécurité en insistant sur les modalités de tri et collecte auprès du public et des officinaux.…

L’une est à afficher dans l’officine, l’autre à l’arrière près du carton Cyclamed où s’entassent les sacs de médicaments non utilisés (MNU) des clients. Les deux nouvelles affiches de la campagne Cyclamed, débutée en mai, visent à sensibiliser les consommateurs et les officinaux à mieux trier pour éviter les accidents, notamment les piqûres accidentelles des professionnels officinaux et de la répartition pharmaceutique.

Un incident, c’est toujours un de trop

« On ne devrait pas retrouver de seringues usagées dans un carton Cyclamed, c’est inacceptable », assène Emmanuel Déchin, délégué général de la Chambre syndicale de la répartition pharmaceutique (CSRP). Avec « une quinzaine d’incidents par an », les chauffeurs-livreurs des grossistes sont exposés, entre autres, au risque de se piquer accidentellement. Dans ce cas, « c’est un arrêt de travail immédiat et un traitement préventif contre le VIH durant trois mois », précise le délégué. Même si les incidents sont rares, « c’est toujours un de trop ». Ainsi, la piqûre d’un chauffeur en mars 2013 a mis le feu aux poudres. Les syndicats de la répartition, en colère, ont menacé de ne plus ramasser les cartons. La CSRP, membre du bureau de Cyclamed avec les industriels et les syndicats de la pharmacie, a mis le problème sur la table pour aboutir à un carton plus résistant en octobre 2013. Mais c’était sans compter sur un montage parfois mal fait à l’officine avec un fond qui s’affaisse, laissant encore apparaître des produits qui n’auraient pas dû s’y trouver…

Pas touche aux seringues usagées

Début 2014, la CSRP a envoyé un courrier à Cyclamed pour l’informer que si un contenant plus sécurisé n’était pas proposé, les grossistes se désengageraient du dispositif. Pour information, ils ne sont pas dans l’obligation de collecter les MNU. Comme le fait remarquer Emmanuel Déchin, « si le risque existe pour le livreur, il existe aussi pour le personnel de l’officine ». Ainsi témoigne Coralie, préparatrice à Haguenau (67) : « Je regarde vite fait dans le sac ramené et si je vois une seringue, je n’y touche pas. J’avoue que je la mets dans Cyclamed ». La plupart du temps, elle dépose les sacs tels quels dans le carton. Il est rare qu’elle questionne le client. Préparateur dans la Loire, Calogéro, lui, demande souvent au client ce qu’il y a dans le sac : « Je ne trie plus, mais je vérifie l’abence d’aiguille usagée. Si il y en a, je la rends au client car nous ne gérons pas encore les Dasri  (1)  ».

Développer la conscience écologique

La campagne de Cyclamed tombe à pic. « Nous voulons sensibiliser à nouveau le grand public et le personnel officinal à la qualité du tri qui doit être réalisé. Selon la loi, les officinaux doivent s’assurer que ce sont bien des MNU rapportés », explique Thierry Moreau Defarges, président de Cyclamed. Et de poursuivre : « Nous voulons rappeler l’importance de questionner le patient, de le sensibiliser en lui demandant si ce sont bien des médicaments qu’il rapporte ». Cette campagne sera-t-elle suffisante pour calmer le secteur de la répartition ? « Il faut trouver une solution intelligente pour tous. J’espère que nous y arriverons fin juin pour proposer quelque chose au début de 2015 », avance le président de Cyclamed, qui nuance « mais personne n’acceptera de multiplier les coûts par deux ou trois », tout en regrettant vivement les incidents. Pour la CSRP, la sécurité des salariés n’a pas de prix. En l’absence de modification du contenant, « a priori, nous nous désengagerons de Cyclamed », avertit Emmanuel Déchin.

Encadré : Dans le carton, je mets

> OUI : les produits avec AMM (sauf vétérinaires, que j’apporte à un vétérinaire), blisters de comprimés, sirop entamé, médicament injectable non utilisé, spray… ; dans le doute, les dispositifs médicaux d’automédication…

> NON, je jette à la poubelle la parapharmacie (crème…), les compléments alimentaires, les emballages carton vides des médicaments.

> NON, je mets dans les Dasri(1) : les compresses usagées, les seringues non employées (j’ôte l’emballage), tous les déchets coupants et piquants…

> NON, car filière spécifique : les autotensiomètres, les lecteurs de glycémie…

  1. Dasri : déchets de soins à risque infectieux.

Les obligations du recyclage

Cyclamed a été créé en 1993 par l’industrie pharmaceutique suite à un décret du 1er avril 1992, qui prévoit l’obligation à tout producteur de pourvoir à l’élimination des emballages de produits consommés ou utilisés.

> Un décret du 17 juin 2009 impose aux officinaux de collecter les médicaments non utilisés (MNU), périmés ou non, rapportés par les clients.

> La redistribution humanitaire des non périmés est arrêtée le 31 décembre 2008 (Journal officiel du 16 avril 2008).


> S’abonner

À lire dans Porphyre n°503 de Juin 2014







Christine Julien

Les dernières réactions

  • 15/03/2015 à 10:43

    alerter
    La réaction a été supprimée car elle ne respecte pas la charte du site.

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...