Pharmavet n° 220 du 01/01/2016
 

Sur le terrain


Edn début d’année 2015, le mot d’ordre était clair chez Twydil : travailler plus pour vendre autant. Les difficultés économiques nationales et internationales sont maintenant présentes depuis quelques années. Dans ce contexte, Valère Henry, président de Twydil, nous livre sa vision du marché de l’évolution des aliments complémentaires. Pharmavet : Pour la première fois depuis des années, le marché du cheval de compétition, de sport et de loisir n’a pas progressé. Comment Twydil a réagi à ce contexte ?Valère Henry : La prudence a été de mise, ainsi qu’une stratégie de renforcement des partenariats et une amélioration de la force de vente. Il est hors de question chez Twydil de chercher à améliorer les marges en rognant sans le dire sur la qualité. Les piliers intouchables demeurent la recherche des matières premières de très ...

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être identifié.

Vous avez un compte ?



Mot de passe oublié ?

Vous n'avez pas de compte ?


Se créer un compte
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...