Pharmavet n° 216 du 01/05/2015
 

LUTTE CONTRE LES PUCES

Formation

Chien & Chats

A. Rivaud

Le réflexe antipuce cible les puces adultes. Mais il faut absolument ne pas oublier les formes immatures présentes dans l’environnement. Elles sont responsables de la majorité des ré-infestations. Agir immédiatement sur l’habitat avec le bon produit au bon endroit reste toujours souhaitable.


« Je ne comprends pas, j’ai mis des pipettes et il a toujours des puces ! » Ce dialogue au comptoir vous êtes nombreux à l’avoir subi. La première explication concerne le cycle de la puce et la contamination de l’environnement par des formes immatures : puces, larves, œufs… Rappelez à votre client – souvent mécontent – que la contamination de l’environnement est l’élément stratégique pour qu’un animal s’infeste ou reste infesté par des puces. La grande majorité des échecs de traitement sont dus à ce phénomène. En effet, les ré-infestations sont liées à la présence de formes immatures dans le milieu (pupes ou cocons encore appelés puces « prémergées »), ces formes étant insensibles aux insecticides. Il faut donc considérer ce point avec une grande rigueur. Au comptoir, surtout s’il y a du monde, votre conseil peut ...

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être identifié.

Vous avez un compte ?



Mot de passe oublié ?

Vous n'avez pas de compte ?


Se créer un compte
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...