Pharmavet n° 208 du 25/03/2014
 

Sur le terrain


Dans un contexte des plus tendu, Guy Barral, président de l’UNPVO (Union Nationale pour la Pharmacie Vétérinaire d’Officine) répond à nos questions sur l’évolution possible et sur sa vision de la pharmacie vétérinaire. Pharmavet : Quelles sont les revendications de l’UNPVO ? Guy Barral : Nous sommes partis d’un constat simple : les pharmaciens officinaux ne sont plus à même de traiter les maux du quotidien pour les animaux, alors même qu’ils partagent le monopole des médicaments vétérinaires avec les vétérinaires. Nous souhaitons une pharmacie vétérinaire forte et plus indépendante. Nous prônons un découplage entre la prescription vétérinaire et la délivrance du médicament. Un tel système existe dans certains pays européens (Italie, Espagne) et fonctionne parfaitement. PH : Le rapport de l’IGAS, paru en mai 2013, ne s’est pourtant pas prononcé en faveur d’un découplage de la prescription ...

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être identifié.

Vous avez un compte ?



Mot de passe oublié ?

Vous n'avez pas de compte ?


Se créer un compte
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...