Pharmacien Manager n° 171 du 29/09/2017
 

SUJET DU MOMENT POINT DE VUE DE CLAUDE LE PEN PROFESSEUR DE SCIENCES ÉCONOMIQUES À L’UNIVERSITÉ PARIS-DAUPHINE ET CONSULTANT POUR IMS HEALTH

PRATIQUES GESTION

François Pouzaud

Claude Le Pen revient sur la réforme de la rémunération du pharmacien intronisée par l’avenant conventionnel n° 11 signé entre l’Uspo et l’Assurance-maladie. Il évoque les évolutions du rôle du pharmacien.


Pharmacien Manager. Cet avenant conventionnel ratifié par un seul des deux syndicats est à l’origine de nouvelles divisions sur le front syndical. À leur place, auriez-vous signé ? Claude Le Pen. C’est possible. Sans porter de jugement sur ce désaccord, mieux vaut aujourd’hui, jouer l’approche conventionnelle que celle de l’opposition, compte tenu de l’effet mécanique des baisses de prix sur la marge des pharmaciens. L’état a consenti un effort non négligeable, en apportant des ressources nouvelles à hauteur de 280 millions d’euros sur trois ans. Cette réforme permet une évolution programmée à petits pas, afin de déconnecter au mieux 75 % de la rémunération officinale des prix des médicaments remboursables. L’idéal aurait été une rémunération forfaitaire à 100 % à l’ordonnance, plus en cohérence avec le statut institutionnel de professionnel de santé, mais techniquement ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Abonnez-vous à Pharmacien manager, la revue pour décider, entreprendre et vendre.


Abonnez-vous
Enquête flash

Votre rémunération a-t-elle baissé en 2017 ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK