Pharmacien Manager n° 168 du 31/05/2017
 

NEWS

François Pouzaud*, Myriam Loriol**

Qu’on se le dise, le capital des officines s’ouvre… Aux fonds d’investissement. De nouveaux montages financiers permettent ainsi d’apporter aux pharmaciens du cash extérieur. Aubaine ou piège ?


Si Fabien Brault-Scaillet a pu racheter une pharmacie de près de 7 M€ à peine sorti de la fac, c’est parce que la société Arpilabe lui a trouvé des fonds extérieurs. Ainsi, des intervenants d’un nouveau genre entrent dans le paysage pharmaceutique. Comme Arpilabe, la plateforme Levée Privée ou encore le cabinet de consulting Kross Partners font entrer indirectement des investisseurs (non pharmaciens) dans le capital des pharmacies. Par quel (s) moyen (s) ? Le prêt au titulaire se fait sous forme d’obligations convertibles en actions (OCA) ou de quasi-fonds propres. La conversion des obligations étant impossible en officine (interdiction à des non-pharmaciens de devenir actionnaires), le fonds d’investissement sort du montage financier le jour où le pharmacien décidera de rembourser l’emprunt obligataire. Le titulaire verse alors, à titre d’indemnisation, une prime ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Abonnez-vous à Pharmacien manager, la revue pour décider, entreprendre et vendre.


Abonnez-vous
Enquête flash

Pensez-vous, comme la Cour des comptes, qu'il y ait beaucoup trop d'officines en France ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...