Pharmacien Manager n° 166 du 28/03/2017
 

CAS D’ÉCOLE

PRATIQUES GESTION

F.R.-V.


Dans cette affaire dont l’arrêt date du 3 février-, l’employeur déplorait l’attitude d’un salarié dans un courrier qu’il lui adressait. Un mois plus tard, l’employeur décidait finalement de rompre le contrat de travail pour faute grave. Devant les tribunaux, le licenciement a été jugé sans cause réelle et sérieuse car une même faute ne peut être sanctionnée disciplinairement deux fois. La lettre initiale de reproches constituait un avertissement. Celui-ci ne pouvait donc être suivi d’un licenciement sur la base des mêmes faits. Autant dire qu’il faut réfléchir avant de licencier.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Abonnez-vous à Pharmacien manager, la revue pour décider, entreprendre et vendre.


Abonnez-vous
Enquête flash

Pensez-vous, compte tenu de l’évolution du métier, que les services, nouvelles missions et activités spécialisées de l’officine prendront l’ascendant sur le médicament lui-même ?

Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...