Pharmacien Manager n° 162 du 26/10/2016
 

JURISPRUDENCE

PRATIQUES GESTION

F.R.-V.


En fonction des circonstances, la pause vaut temps de travail dès lors que le salarié ne peut pas vaquer librement à ses occupations personnelles. C’est notamment le cas lorsque les collaborateurs doivent rester sur le lieu de travail afin de répondre à une éventuelle sollicitation. La Cour de cassation a rappelé ce principe dans un arrêt du 14 septembre 2016. Dans cette affaire, les salariés employés par le Commissariat à l’énergie atomique devaient demeurer dans les locaux et être en mesure de répondre dans les 3 minutes à toute alarme. Les périodes de « pause » constituaient donc bien un temps de travail devant être rémunéré comme tel. A l’officine, c’est la même chose ! Si une sonnette retentit dans le back-office pour avertir les salariés en pause qu’ils doivent immédiatement venir au comptoir ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Abonnez-vous à Pharmacien manager, la revue pour décider, entreprendre et vendre.


Abonnez-vous
Enquête flash

Pensez-vous que le conseil soit de qualité dans les officines ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK