Pharmacien Manager n° 154 du 25/02/2016
 

L’INVITÉ ETIENNE GRASSOT-KAYSER

NEWS

Peggy Cardin-Changizi

Le marketing traditionnel aurait-il ses limites ? C’est la conviction d’Etienne Grassot-Kayser qui prône les sciences cognitives pour influer sur les habitudes inconscientes de tout consommateur. Son approche, le neuromarketing opérationnel, peut aussi être exploitée en pharmacie…


« Pharmacien Manager ». Quel est la raison d’être du neuromarketing opérationnel ? Etienne Grassot-Kayser. L’approche repose sur l’idée que la majorité de nos comportements ne sont pas les conséquences de processus conscients. Nous sommes des êtres irrationnels ! Savez-vous que 95 % de nos actions sont régies par des processus cognitifs inconscients ? Un individu va choisir telle référence, à un instant T, plutôt qu’une autre, selon ses propres schémas mentaux. Or, les PLV ou le marketing traditionnel des marques ciblent à 90 % la partie consciente des consommateurs. Cela ne suffit plus à faire acheter un produit. Bien évidemment le cerveau reste encore aujourd’hui une terra incognita et le neuromarketing opérationnel ne va pas implémenter un bouton « achat » dans le cerveau. En revanche il va permettre de maximiser l’attention, la mémorisation et la prise de décision ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Abonnez-vous à Pharmacien manager, la revue pour décider, entreprendre et vendre.


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...