Pharmacien Manager n° 153 du 01/12/2015
 

SPÉCIAL DON JUAN

PRATIQUES GESTION

F.R.-V.


Le romantisme au travail peut encore couler des jour heureux. La Cour de cassation admet et ne condamne pas l’expression des sentiments amoureux au travail. Dans une affaire récemment jugée (Cass. soc., 23 sept 2015, n° 14-17143), une salariée avait entretenu une liaison avec son supérieur hiérarchique. L’histoire terminée, l’amoureux nostalgique avait adressé à son ex deux SMS dans lesquels il évoquait son attachement sentimental et le temps « où elle le rendait heureux ». Licenciée pour faute grave, la salariée a tenté de faire annuler la rupture en faisant remonter à la surface ces messages qui, selon elle, laissaient présumer l’existence d’un harcèlement sexuel. Mais les juges ont estimé que les SMS « ne contenaient aucune menace, ni ne traduisaient l’intention de leur auteur d’obtenir des faveurs sexuelles par la contrainte morale ».

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Abonnez-vous à Pharmacien manager, la revue pour décider, entreprendre et vendre.


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...