Pharmacien Manager n° 151 du 30/09/2015
 

PRATIQUES GESTION

François Pouzaud

Nombre de titulaires d’une officine dont le chiffre d’affaires décroît peuvent légitimement s’interroger sur la valeur à terme de leur outil de travail. Trois solutions pour éviter la dépréciation.


La crainte de tout titulaire aujourd’hui ? Ne pas pouvoir revendre ou revendre à perte. Alors mieux vaut prévenir. Face au risque de dévalorisation, les regroupements, rachats de clientèle et transferts sont des pistes à explorer. « Ces trois solutions sont de nature, non seulement à sécuriser, voire consolider la valeur de l’outil de travail mais, également, à générer un revenu plus en adéquation avec la charge de travail assumée par le titulaire », affirme Oliviers Desplats, expert-comptable du cabinet Flandre Comptabilité Conseil (groupe CGP).SE REGROUPERLe cas. Exerçant en zone frontalière, une titulaire de 57 ans (qui souhaite garder l’anonymat) est à quelques années de la retraite. Son problème ? Ne pas perdre d’argent à la revente. Pas sûr… Acquise pour 600 348 €, son officine réalise un CA de 985135 € HT mais ne vaut plus ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Abonnez-vous à Pharmacien manager, la revue pour décider, entreprendre et vendre.


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...