Pharmacien Manager n° 151 du 30/09/2015
 

RUPTURE CONVENTIONNELLE

PRATIQUES GESTION

F.R.-V.


Deux récents arrêts de la chambre sociale de la Cour de cassation apportent un éclairage instructif sur les motifs pouvant entraîner la nullité d’une rupture conventionnelle. Le consentement du salarié est vicié : dans cette affaire, l’employeur s’était engagé à verser au terme du contrat une indemnité supplémentaire au titre de la clause de non-concurrence. Cet argument financier avait influencé le salarié dans sa décision d’accepter la convention de rupture. Mais l’employeur avait par la suite levé la clause, privant ainsi le salarié de la somme escomptée. Devant les tribunaux, le salarié a revendiqué un vice du consentement. Selon les juges, il y a bien eu « tromperie ». La rupture conventionnelle a été annulée et requalifiée en licenciement sans cause réelle et sérieuse (Cass. soc., 9 juin 2015, n° 14-10.192). L’indemnité de rupture est insuffisante : un ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Abonnez-vous à Pharmacien manager, la revue pour décider, entreprendre et vendre.


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...