Pharmacien Manager n° 151 du 30/09/2015
 

VÉCU !

PRATIQUES GESTION

F.R.-V.


Dans une lettre adressée à son employeur, un salarié lui reproche des actes de harcèlement moral. Suite à ce courrier, le salarié est licencié pour faute grave. Il porte le litige devant les tribunaux et conteste son licenciement. Alors que les faits de harcèlement s’avèrent infondés, la Cour de cassation ( 10 juin 2015, n° 13-25.554) donne toutefois gain de cause au salarié en prononçant la nullité du licenciement. Les juges rappellent que de fausses allégations de harcèlement peuvent être sanctionnées uniquement en cas de mauvaise foi. Or, la preuve de la malhonnêteté du salarié n’était en l’occurrence pas établie. Le salarié a donc obtenu 22 000 € de dommages et intérêts en réparation du préjudice, auxquels s’ajoutent 10 240 € d’indemnités de licenciement et 10 690 € d’indemnité compensatrice de préavis. Une lourde addition pour ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Abonnez-vous à Pharmacien manager, la revue pour décider, entreprendre et vendre.


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...