Pharmacien Manager n° 148 du 28/05/2015
 

MARCHÉ

CAROLE DE LANDTSHEER

Les antimoustiques s’essoufflent en 2014. En cause : un été défavorable à leur prolifération. Le secteur, actuellement secoué par les nouvelles normes s’appliquant aux biocides doit se renouveler. Objectif : gagner en sécurité et efficacité. Reste que l’offre naturelle est en pleine effervescence.


Le marché des antimoustiques est météo-dépendant. Aussi, en raison d’un été 2014 globalement maussade, l’infestation a été plus que modérée. Conséquence, le secteur des répulsifs, qui pèse 28,7 millions d’euros, accuse une baisse de 10,9 % en valeur (IMS Health, en cumul annuel mobile à fin février 2015). Presque tout l’ensemble des acteurs et des segments pâtit de cette conjoncture. La décrue, qui intervient après des années de croissance, concerne plus particulièrement les produits couvrant les zones tempérées alors que les références correspondant aux zones tropicales et infestées semblent épargnées (62,9 % des ventes en volume selon Ospharm, CAM janvier 2015). Deux types de consommateurs doivent, en effet, être distingués : d’une part les globe-trotteurs et les habitants des zones infestées (dont le sud de la France), qui cherchent une protection maximale, quitte ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Abonnez-vous à Pharmacien manager, la revue pour décider, entreprendre et vendre.


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...