Pharmacien Manager n° 145 du 12/02/2015
 

côté entreprise

François Pouzaud

Dans les périodes difficiles ou d’investissement, rééchelonner la dette principale de l’officine permet d’alléger ses charges de remboursement et de gagner en trésorerie. Mais sur combien d’années ? En réintégrant d’autres charges ? Et pour quel coût au global ?


La restructuration des dettes de l’officine est souvent dictée par des difficultés de trésorerie. Mieux vaut prévenir que guérir. « Pour être à l’abri de ce genre de démarche, le pharmacien doit avoir de disponible sur son compte bancaire l’équivalent d’un mois à un mois et demi d’achats TTC », recommande Michel Watrelos, expert-comptable du cabinet Conseils et Auditeurs Associés. Cependant, quand l’étranglement mène au bord de l’asphyxie, la seule solution salvatrice est de réétaler les prêts en cours. La plupart du temps, ce rééchelonnement est réalisé par la banque qui a consenti le prêt d’installation.Comment s’y prendre ? Dans les dossiers présentés, la restructuration du crédit prévoit habituellement un rééchelonnement de la nouvelle dette totale sur 10 ou 12 ans en y incorporant les dettes à court terme, afin de repartir sur des ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Abonnez-vous à Pharmacien manager, la revue pour décider, entreprendre et vendre.


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...