Pharmacien Manager n° 142 du 30/10/2014
 

LIBÉRALISATION

News

Eléonore Kern-Gorse

En Italie, les pharmaciens n’ont pas été aussi bien entendus par leur gouvernement qu’en France. Depuis 2006, le médicament sans ordonnance y est aussi vendu dans les supermarchés. Quelles conséquences sur l’officine ? Enquête au pays de la dolce vita.


Huit ans après la libéralisation de la farmacia, adoptée par le gouvernement de centre-gauche de Romano Prodi, la pilule de la perte du monopole a toujours du mal à passer pour les pharmaciens italiens. Même s’ils estiment que le sujet n’est plus crucial dans un pays en pleine récession, où nombres d’officines sont dans le rouge. De fait, l’autorisation de vente des médicaments à prescription facultative dans tout commerce en présence d’un pharmacien a permis l’ouverture de quelque 4 000 parapharmacies (auparavant inexistantes) et de 340 « corners de santé » dans les grandes surfaces. Reste qu’environ 18 000 officines sont loin d’avoir été détroussées par les supermarchés. Elles ont même su garder la main sur les médicaments en vente libre. « 94 % des OTC sont vendus dans les pharmacies », clame fièrement Annarosa Racca, présidente ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Abonnez-vous à Pharmacien manager, la revue pour décider, entreprendre et vendre.


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...