Pharmacien Manager n° 135 du 22/02/2014
 

RÉGLEMENTATION

Marché

Laetitia Macarri*, Anne-Laure Tardy**

Tout a changé depuis près d’un an dans l’univers des allégations nutritionnelles et santé. Les promesses inscrites sur les boîtes répondent à un cadre très précis. Fini l’annonce d’effets « miracle » et les discours sans preuve d’efficacité…


Mai 2012 a marqué un tournant dans l’histoire des compléments alimentaires. Ainsi, le système de contrôle est passé d’une évaluation a posteriori par les autorités à une évaluation a priori : toutes les allégations qui ne sont pas autorisées par la Commission européenne sont interdites. Suite aux avis scientifiques rendus par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (AESA) et près de 5 ans après l’entrée en application du règlement (CE) n° 1924/2006 concernant les allégations nutritionnelles et de santé, la liste des 222 allégations génériques autorisées sur les substances à but nutritionnel (vitamines, minéraux, acides gras, fibres…) est publiée (règlement UE n° 432/2012). L’utilisation de ces allégations est très encadrée et répond à trois critères principaux :– l’allégation doit être associée à un ingrédient et non plus au produit fini (l’industriel ne peut plus écrire ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Abonnez-vous à Pharmacien manager, la revue pour décider, entreprendre et vendre.


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...