Pharmacien Manager n° 134 du 23/01/2014
 

RUPTURE CONVENTIONNELLE

Pratiques management

en bref

Fabienne Rizos-Vignal


La validité d’une rupture conventionnelle n’est pas remise en cause par l’état dépressif du salarié. C’est le principe posé par les juges de la Cour de cassation (Cass. soc., 30 septembre 2013, n° 12-19.711). Selon eux, le seul fait qu’un différend existe entre l’employeur et le salarié lors de la conclusion de la rupture conventionnelle ne suffit à caractériser un vice du consentement. Tel est le cas lorsque le salarié met en avant son état dépressif lié au travail sans apporter d’éléments laissant supposer l’existence d’un harcèlement moral. Cette prise de position de la Cour de cassation est cohérente avec la pratique puisque les conflits avec la hiérarchie constituent la principale cause des ruptures conventionnelles. Repère : le consentement libre et éclairé du salarié représente une condition de validité de la rupture conventionnelle.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Abonnez-vous à Pharmacien manager, la revue pour décider, entreprendre et vendre.


Abonnez-vous
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...